Cet article date de plus de huit ans.

Jouanno sur le chômage : "On ne traite pas la question de fond"

écouter (5min)
La sénatrice UDI de Paris "applaudirait" si la courbe du chômage s'inverse en cette fin d'année, même si "la réalité, c'est que les emplois précaires continuent d'augmenter". Pour Chantal Jouanno, le gouvernement "se contente des emplois aidés" et ne mise pas assez sur la formation professionnelle.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Alors que les chiffres du chômage pour le mois de novembre
doivent être dévoilés ce jeudi, le gouvernement va-t-il remporter son pari
d'inverser la courbe d'ici le 31 décembre ? Si c'est le cas, Chantal Jouanno se
réjouirait "parce que c'est toujours mieux quand les personnes ont une
activité plutôt que de ne pas travailler
". Mais la sénatrice UDI de Paris
appelle surtout à la prudence et à regarder "la réalité de ces
chiffres
" avec une augmentation "dans les catégories où les gens
travaillent très très peu" dans le mois.

Les "trois problèmes de la formation professionnelle "

"Le vrai problème du chômage, c'est qu'on ne traite pas
la question de fond : comment créer des emplois
?" Pour la sénatrice, le
gouvernement se contente "des emplois aidés " alors que trois
problèmes doivent être réglés au niveau de la formation. "On dépense 32
milliards d'euros pour la formation. Je pense que cette somme pourrait être
mieux utilisée
".

"Aujourd'hui, la France est le des pays de
l'OCDE  où l'origine sociale des parents
joue le plus sur les résultats scolaires. L'idéal républicain de réussite est
battu en brèche
".

"Le deuxième point, c'est qu'on a entre 120.000 et
150.000 jeunes qui sortent chaque année de l'école sans aucune formation et
sans diplôme. Pour eux, le risque de chômage et de relégation sociale est très
fort
."

"Et puis on parle surtout de formation initiale et pas
assez de formation tout au long de la vie.
"

"Les préoccupations environnementales sont
piétinées
"

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mobilise
également la sénatrice de Paris. Chantal Jouanno s'y oppose pour deux raisons.
D'abord en raison des "préoccupations environnementales " qui
"ont été piétinées jusqu'à présent ". Or, cet aéroport doit être en
partie construit sur une zone humide qui "ont un rôle extrêmement
important pour le climat et la biodiversité
".

Et puis l'ancienne ministre "veut aussi tirer la
sonnette d'alarme sur le plan budgétaire. C'est un projet à court terme pour
satisfaire les politiques locaux et pas un projet de long terme. On ne sait pas
ce que ça va donner quand le prix du pétrole et du kérosène vont augmenter
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.