L'interview politique, France info

Les "petits" candidats se font entendre

A l'approche du coup de sifflet final de la 1ère période, ça bouge en bas de tableau. Frémissement à la hausse des intentions de vote pour 4 des 5 candidats jusqu'à présent en dessous des 2%. C'est ce qu'indique la toute dernière vague du baromètre Ipsos-Logica Business Consulting pour France Info, France 3 et Le Monde.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Certes, Nicolas Dupont-Aignan est stable à
1%, mais l'écologiste Eva Joly gagne 1 point, à 2 et demi %. Hausse d'1/2 point
pour les deux candidats trotskistes Nathalie Artaud et Philippe Poutou, qui passent
à 1%. Même hausse pour Jacques Cheminade qui était jusqu'à présent scotché à
0%. Son porte-parole, Christophe Pasquien, attribue ce petit mouvement aux
règles fixées par le CSA : "Cela vient en partie de la règle sur l'égalité
du temps de parole parce que chacun peut observer à ce moment là que les grands
candidats ne sont pas aussi exceptionnels que ça et que, voire souvent,
ils sont bien moins ambitieux que d'autres. Cette règle permet d'apporter de
nouveaux débats sur la table comme Jacques Cheminade a pu le faire par
exemple sur la séparation des banques de dépôt et des banques d'affaire ou les
risques de spéculation sur la dette française
". 

Depuis 8 jours en effet, les 10 candidats
bénéficient de ce qu'on peut appeler l'égalité totale dans les médias
audiovisuels. Même temps de parole dans les mêmes créneaux horaires. S'y
ajoutent les clips de la campagne officielle. Bref, plus de visibilité, analyse
Jean-Pierre Mercier, porte-parole de la candidate de Lutte Ouvrière Nathalie
Artaud : "Face au matraquage de l'UMP et du Parti socialiste, ceux
que l'on appelle les petits candidats, dont Nathalie Arthaud fait partie
semble-t-il, ont du mal à se faire entendre. Le fait qu'elle ait plus accès aux
grands média fait que, forcément, les travailleurs, les chômeurs et les
retraités entendent ce qu'elle propose. Et ce qu'elle propose correspond
véritablement à ce qu'ils vivent
".

Même raisonnement au NPA, où l'on rappelle
qu'en 2002 Olivier Besancenot était passé de 0,5 à 4% dans les 3 dernières
semaines. On note également que l'affaire Merah a fait prendre du retard aux
"petits" candidats puisque le décompte des temps de parole a été
suspendu au bénéfice des "gros" candidats, estime-t-on.

Un effet du temps de parole, mais pas
seulement

Du côté d'Europe-Ecologie-Les-Verts on
estime qu'à l'approche de l'échéance le vote de conviction refait surface. C'est
l'analyse en tout cas de Sergio Coronado, directeur de la communication de la
campagne d'Eva Joly : "On a un électorat qui est assez volatile et
un peu tétanisé par le vote utile, par la crainte de voir Nicolas Sarkozy rester
au pouvoir. Donc je pense que c'est un électorat qui a prix conscience que
finalement il n'y avait pas de risque de "21 avril", que dans ce
cadre là c'est Eva Joly qui finalement paye ou ramasse en tous cas les fruits
de sa campagne
".

Moins de vote utile au 1er tour, c'est en
partie confirmé par notre baromètre qui donne François Hollande et Nicolas Sarkozy
en baisse, respectivement 1 et demi et de 2 points, tous deux à 27%. Marine Le
Pen et François Bayrou regagnent 1/2 point à 15 et demi et 10 %. Jean-Luc Mélenchon
est stable à 14 et demi %. Au 2ème tour, le candidat socialiste creuse l'écart à
56% contre 44 % pour le président sortant.

En bref : La joute entre Eva Joly
et Marine Le Pen dans le prétoire et sur plateau de télé

La candidate écologiste était hier au
tribunal correctionnel de Paris, assignée en diffamation par sa rivale du Front
national. Marine Le Pen n'a pas apprécié qu'elle la présente la semaine
dernière comme "l'héritière de son père milliardaire, par un détournement
de succession". Le parquet a recommandé la relaxe et le jugement sera
rendu jeudi.

Mais sans attendre, Eba Joly a à nouveau
ciblé le FN hier soir sur le plateau de Mots croisés , sur France 2,
en évoquant le procès d'Anders Behring Breivik qui vient de s'ouvrir en Norvège. "Il a fait parti d'un parti comme le Front national pendant 10 ans et il
s'est senti autorisé à tuer 77 personnes. Je voulais mettre en garde réellement
contre les dangers de cette théorie qui donne ces folies là
", a estimé la
candidate d'EELV. Réponse de Florian Philippot, directeur de la campagne de
Marine Le Pen : "Madame Joly, vous montrez là le fond de votre âme. Elle est
bien noire. Parce que récupérer 77 morts comme ça dans une campagne politique. Sauvez
la France et les Français ça n'est pas monter les Français contre les autres, c'est
aimer la France, le pays que manifestement vous n'aimez pas beaucoup, vous n'en
parlez jamais
". 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)