Cet article date de plus de dix ans.

Le mariage pour tous disséqué par l'UMP

écouter (5min)
Le mariage pour tous est au menu de la politique cette semaine. L'UMP va le disséquer ce jeudi au cours d'une convention sur la famille. Demain, François Hollande recevra les antis et dimanche les pros vont manifester à leur tour.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Les deux camps affutent leurs armes sur le "mariage pour tous". Après l'imposante manifestation des antis, le gouvernement répond que ce n'est pas la rue qui gouverne. Mais la bataille ne se joue pas que ds la rue. A l'UMP les arguments vont être rodés aujourd'hui lors de
cette convention sur la famille. 

Les parlementaires de droite sont vent
debout contre ce projet de loi. A tel point qu'ils ont réactivé un vieux groupe de
travail : "l'entente parlementaire pour la famille " qui réunit
217 députés et sénateurs UMP et UDI. 

Mais il y en a tout de même quelqu'uns qui sortent du lot. Jusqu'à maintenant, le député Franck Riester était le seul à
se prononcer pour le mariage gay. Hier, l'ancien ministre Benoit Apparu l'a
rejoint.

"Moins de 5%" de oui à l'UMP

Cette position reste minoritaire, le patron des députés UMP
estime qu'ils seront moins de 5% à voter le texte dans son camp. C'est vrai que les antis sont beaucoup plus nombreux et de plus en
plus virulents. A l'image de Henri Guaino l'ancienne "plume" de Nicolas Sarkozy, député aujourd'hui, et fer de lance d'un référendum sur la question. 

En fait, la droite sait que le combat est perdu d'avance sur
le mariage gay, il n'y aura pas de référendum, la loi va passer. Ils concentrent donc leurs attaques sur l'étape suivante :
la PMA. "Agiter le chiffon rouge, c'est malhonnête ", estime
le centriste Jean Christophe Lagarde.

En fait, la majorité a bien dissocié les deux. Dans son propre
camp, l'ouverture de la PMA à des couples homos pose aussi problème. Ça fera donc l'objet d'un autre texte de loi, celui sur la
famille qui sera discuté au printemps.

La bataille va se jouer à l'Assemblée

Le patron des députés socialistes s'engage à ne pas limiter
le temps des débats. Mais c'est un faux cadeau, un ancien ministre UMP a vu le
piège : "Il va falloir tenir, les soirées, être présent, y compris
les week-end", dit ce responsable de la majorité "et surtout veiller à ne
pas déraper
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.