Cet article date de plus de neuf ans.

L'UMP veut détourner la manifestation du 26 mai

écouter (5min)
L'UMP veut transformer la manifestation du 26 mai contre le mariage gay en grande manifestation contre le gouvernement. Un mot d'ordre très élargi pour répondre à un problème très pratique. Comment faire grossir encore la foule des opposants contre un texte qui a été voté et qui va très vite entrer en application ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'ancien ministre et député UMP Luc Châtel a trouvé d'autres
raisons de défiler dans la rue : "On voit qu'il y a un fort
mécontentement dans le pays qui dépasse largement cette question du mariage. C'est
vrai, il y aura un rassemblement qui dépassera cette question et que sera un
message d'alerte vis-à-vis du gouvernement. François Mitterrand en son temps a
eu la lucidité de changer de politique au moment où il allait dans le mur. Nous
demandons aujourd'hui très clairement de changer de politique.
"

Voilà une bonne occasion pour l'UMP de refaire son image
d'opposant numéro un, et de ne pas laisser le Front national prendre cette
place. C'est l'analyse de Jean-François Copé. Pour le Président de l'UMP si son
parti est dans la rue c'est parce qu'il est au côté des Français qui expriment
leur ras le bol : "Qu'aurait-on dit des responsables de l'UMP s'ils
n'étaient pas au milieu des Français qui exprimaient leur opposition ? On
passe son temps à expliquer qu'il y a une déconnexion que les partis se
déconnectent de la réalité du terrain, et on aurait laissé champ libre aux
seuls extrémistes ? Jamais.
"

Un sujet qui divise

Mais c'est précisément cet argument et le fait de se retrouver
à défiler au côté du Front national qui fait tiquer certains à l'UMP. François
Baroin, par exemple, a rappelé à Jean-François Copé que l'UMP était un parti de
gouvernement qui devait respecter les institutions.

L'ancien ministre et député
Eric Woerth reconnaît qu'il y a débat : "Il y a une discussion sur
la place d'un mouvement comme le notre, c'est-à-dire profondément démocrate,
républicain et responsable, sur la façon de prolonger ce débat. La discussion
est ouverte, elle est posée. Jean-François Copé a plutôt envie de donner des
consignes et d'y participer, certains ont plutôt envie d'y participer
individuellement mais pas en tant que mouvement.
"

Et à l'UMP, assure Jean-François Copé, l'avis de François
Baroin est isolé et très minoritaire.

Une nouvelle forme de mobilisation pour l'UMP

Il y a ceux qui espèrent toujours que le gouvernement
abandonne le mariage pour tous, c'est le cas du député UMP, Daniel Fasquelle : "Il y a eu des exemples dans le passé de manifestations organisées par la
gauche et qui ont conduit le pouvoir à retirer le texte face au mécontentement
des Français. Donc je pense que cette manifestation du 26 est tout à fait
légitime.
"

Et a ceux, comme le député Eric Ciotti, qui espèrent comme
Luc Chatel un changement de politique avec des références inédites pour la
droite : "Il y a eu dans notre histoire des manifestations
importantes pour défendre la République ou des principes fondamentaux.
"

Un parti qui serait irresponsable

Vu du Parti socialiste, l'UMP n'est pas dans la rue mais plutôt
à la rue, selon le vice-président du groupe PS à l'Assemblée, Thierry Mandon :
"L'UMP est en plein potage. Elle nous dit, le texte si on revient un jour
au pouvoir on ne le touchera pas, et en même temps elle appelle à manifester
contre un texte qu'elle ne touchera pas. Donc la position est complètement
incompréhensible. Si on rajoute qu'ils veulent transformer la manifestation du
mariage pour tous à tous contre le gouvernement on est complètement perdu.
"

Un parti qui serait irresponsable. C'est le premier argument
contre ces appels à manifester inédit pour l'UMP. En cas de forte mobilisation
le 26 mai il faudra en trouver d'autres. Les socialistes devront aussi répondre
à une autre mobilisation contre eux dans la rue, celle du Front de gauche le 5
mai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.