Cet article date de plus de six ans.

Jeune frappé par un policier : Benoît Hamon "espère que justice sera faite"

écouter (10min)
Benoît Hamon, député PS des Yvelines, a réagi vendredi sur France Info à la vidéo qui montre un jeune frappé par un policier lors d'une manifestation. "J'espère que justice sera faite. C'est effectivement extrêmement choquant", a-t-il déclaré. Benoît Hamon a aussi estimé que "le gouvernement a raison de maintenir un haut niveau de protection" et s'est dit "favorable" au PNR.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Benoît Hamon, ancien ministre de l’Education et député PS des Yvelines, a espéré vendredi sur France Info "que justice sera faite " après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo amateur montrant un policier assener un violent coup de poing à un lycéen en marge des manifestions contre la Loi Travail. "Qui ne serait pas choqué par la violence du coup porté au visage du gamin de 15 ans, en seconde, par un policier ? Le ministre de l'Intérieur a lui-même dit que c'était choquant, il a ouvert une procédure de l'IGPN (Inspection générale de la Police nationale), le parquet s'est lui-même saisi. J'espère que justice sera faite. C'est effectivement extrêmement choquant. On parle quand même de jeunes gens-là ", a déclaré l'ancien ministre de l'Education nationale. 

Benoît Hamon a convenu que "les manifestations de jeunes, c'est toujours plus tendu" car "cela appelle de la part des forces de l'ordre, ce qu'elles font dans l'immense majorité des cas, à l'usage proportionné de la force ".

Loi Travail : les jeunes manisfestants ne "croient pas à cette fable "

Alors que les lycéens et étudiants se sont de nouveau mobilisés jeudi contre la Loi Travail, Benoît Hamon a estimé que "plusieurs milliers " de jeunes ne croient pas à  "cette fable ". Les jeunes "considèrent pour plusieurs milliers d'entre eux que la loi Travail les amènerait à être plus précaires que leurs parents. Ils ne croient pas à cette fable qu'en rendant plus précaire le travail, on facilitera l'embauche ", a déclaré l'ancien ministre. Selon Benoît Hamon, ceux qui s'opposent à la loi Travail au sein du Parti socialiste pensent que "l'augmentation du temps de travail avec des heures supplémentaires moins bien payées qu'avant, ne règlera pas le problème du chômage au contraire ". "Ça fera travailler plus ceux qui sont dans l'entreprise et ça fermera la porte de l'embauche à de nouveaux salariés ", a ajouté le député qui fait partie des frondeurs du PS.  "Je suis assez frappé que le projet de quelques-uns c'est de dire 'formidable on va faire baisser le taux de chômage' sans se préoccuper de ce qu'est la réalité de la vie de gens. Si on travaille mais qu'on est pauvre, qu'on ne peut pas nourrir ses mômes, qu'on est aujourd'hui incapable de se projeter dans l'avenir, je ne pense pas qu'on aide les Français à se réaliser, à s'épanouir, à s'émanciper ", a poursuivi Benoît Hamon. "On parle beaucoup du taux de chômage de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne qu'on envie à juste titre, mais on parle moins du taux de pauvreté de ces pays ." Selon lui, il "est de 16 % ". "En France, il est de 14%. On peut aussi noblement se fixer un objectif qui est qu'il ait moins de pauvres. Et ce n'est pas parce qu'on a moins de chômeurs qu'on a moins de pauvres. On peut avoir moins de chômeurs et plus de pauvres ", a regretté le député des Yvelines.

Les députés européens qui s'opposent au PNR "ont tort "

Benoît Hamon s'est dit "favorable " au fichier commun des passagers aériens en Europe (PNR). "Les députés européens font leur travail. Il y en a qui sont opposés, qui considèrent que ce n'est pas comme ça qu'on luttera plus efficacement contre le terrorisme. Je pense qu'ils ont tort. C'est vrai que ça serait bien qu'on aille plus vite mais aussi que les institutions démocratiques fonctionnent ", a estimé l'ancien député européen. 

Selon Benoît Hamon, l'arrestation d'un homme jeudi à Boulogne-Billancourt soupçonné de préparer un attentat, "confirme que la menace est bien concrète, que les services de polices travaillent. Ils arrivent à identifier, à démanteler des cellules qui pourraient préparer des attentats en France. (…) On est face à une menace tangible, réelle, concrète. Le gouvernement à raison de maintenir un haut niveau de surveillance de protection ", a ajouté le député des Yvelines. 

"Sans doute que la coopération au niveau des services de renseignements et de la police était insuffisante avant cette série d'attentats et à un niveau absolument inégalé en Europe depuis longtemps ", a-t-il dit. "Elle s'améliore aujourd'hui à cause de ça ou grâce à ça", a expliqué Benoît Hamon. Mais selon lui, aucun pays n'"est capable d'assurer un risque zéro ".

Présidentielle 2017 :  Benoît Hamon (PS) "espère qu'il y aura des primaires à gauche "

Benoît Hamon a espéré qu'il y aura "des primaires à gauche " pour l'élection présidentielle de 2017. "J'espère qu'il y aura des primaires à gauche parce que s'il n'y a pas de primaires à gauche, il y aura la division et s'il y a la division, il n'y aura pas de gauche au second tour de l'élection présidentielle. La condition pour qu'il y ait la gauche au second tour, ce sont les primaires et s'il y a des primaires, je l'ai dit, je serai probablement candidat ", a-t-il expliqué.  Mais le député, qui fait partie des frondeurs du PS, a précisé que "l'avis de personnes comme Arnaud Montebourg,  Martine Aubry, Christiane Taubira et beaucoup d'autres chez les écologistes " l'intéressait. A l'argument que trop de candidats pourraient créer la division à gauche : "Vous avez raison ", a-t-il répondu. Mais "par définition pour une élection primaire, il faut qu'il y ait au moins deux candidats. (…) J'espère un peu plus que deux d'ailleurs, même quatre ", a ajouté l'ancien ministre. "Mais après, ça se rassemble, c'est le principe de la primaire. C'est que tout le monde soutient celui qui a gagné ", a précisé Benoît Hamon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.