Cet article date de plus de sept ans.

Hervé Mariton : Ségolène Royal "ment aux Français"

écouter (10min)
Invité de France Info, le député de la Drôme candidat à la présidence de l'UMP a critiqué la suspension sine die de l'écotaxe. Et décoché quelques flèches à destination de Nicolas Sarkozy.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Radio France)

Ségolène Royal "ment aux Français au mépris du Parlement. Les travaux parlementaires avaient conclu au maintien de l'écotaxe parce que c'est un gaspillage invraisemblable. Les portiques, qu'est-ce qu'on va en faire, organiser des visites lors des Journées du patrimoine ? Et comment ça se résout aujourd'hui ? C'est le contribuable qui paie. Et le mensonge quand Ségolène Royal dit, d'une manière très démagogique, parce qu'elle sait qu'elles ne sont pas populaires, il n'y a qu'à taxer les sociétés d'autoroutes. Comment ? On est quand même dans un Etat de droit. La France ne marche pas comme çà. Elle annonce la fin de l'écotaxe sans aucune mesure sérieuse en face. "

Mais si Hervé Mariton attaque Ségolène Royal sur l'écotaxe, il "conjure" aussi  "les responsables politiques de l'UMP d'avoir un peu de cohérence. Est-ce que l'écotaxe a été conçue de manière parfaite, probablement pas. Ce n'était cependant pas idiot. Nous l'avons mis en place. (l'écotaxe a été votée en 2009, sous le gouvernement Fillon) Quel sera notre crédit demain si au premier coup de vent nous déchirons ce que nous avons adoré. "

Le candidat à la présidence de l'UMP a aussi décoché quelques flèches à Nicolas Sarkozy qui "utilise l'élection à la présidence de l'UMP pour amorcer sa primaire" à la présidentielle. Et dont il n'a "pas compris" la position sur le Mariage pour Tous : "Nicolas Sarkozy veut ménager la chèvre et le chou, ce n'est pas comme ça qu'on gagnera le crédit auprès des Français. Les Français peuvent accepter de ne pas être d'accord avec nous sur tout pour autant qu'on ait un projet clair, fort ". Et il se prononce résolument sur la fin des 35 heures : "J'ai le courage de dire ça, Nicolas Sarkozy non ".

Enfin sur l'explosion des comptes de campagne de l'UMP, il estime que l'ancien chef de l'Etat "porte une lourde responsabilité managériale et donc politique. "

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.