Cet article date de plus de dix ans.

"Dure dure" la rentrée pour l'Elysée

écouter (5min)
Les nuages s’accumulent pour Nicolas Sarkozy en cette rentrée. Sondages en berne, grogne des parlementaires, sénatoriale incertaine, Borloo en embuscade. Le chef de l’état a de quoi se faire du souci.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (©)

L’affaire Charon empoisonne les sénatoriales

Un Sénat à gauche, ce serait historique et c'est mathématiquement possible, d'où cette mise en garde de Nicolas Sarkozy hier à l'adresse des éventuels dissidents qui choisiraient de faire cavalier seul.

Dans le collimateur : Pierre Charon, ancien proche, tombé en disgrâce. L'ex-conseiller du président a déposé sa propre liste aux sénatoriales à Paris, face à la liste officielle investie par l'UMP et conduite par la ministre des sports Chantal Jouanno. Pierre Charon qui attaque la ministre et ancienne championne de karaté en dessous de la ceinture : "qu’elle soit sur les tatamis ou au lit, elle est tête de liste". Allusion limpide aux rumeurs sur la liaison avec Nicolas Sarkozy ; rumeur jugée ignoble et vigoureusement démentie en mars 2010.
Pierre Charon a été exclu de l'UMP ce matin par le patron de l’UMP Jean-François Copé.

A l’Assemblée, le plan d’austérité passe toujours aussi mal

Quand la droite rappelle que ce plan d'austérité est un point essentiel pour conserver la note triple A, la gauche insiste pour dire que ces mesures méritent un triple I : Injuste, Inefficace, Inconsistant.
Au sein même de la majorité, certains députés n'ont pas le petit doigt sur la couture du pantalon.
_ Jean-Louis Borloo, qui a passé une partie de la nuit à l'Assemblée, le reconnaît : via cette discussion parlementaire, son opération de démarcation de l’UMP se poursuit. Ce matin sur France 2, il déclarait :
"on débat de quoi ? de quelques centaines de millions d’euros, alors que notre déficit est de quasiment 100 milliards".

La gauche contre la taxe des mutuelles

Il y a une mesure, en tout cas, sur laquelle la gauche entend se battre de toutes ses forces car elle touche l'ensemble de la population. La taxation des contrats santé de mutuelle, qui toucherait essentiellement les classes populaires et moyennes sur lesquelles le PS et ses alliés comptent beaucoup l'an prochain pour revenir au pouvoir.
_ Jérôme Cahuzac, le président socialiste de la commission des Finances était l’invité de France Info ce matin : "La taxation des complémentaires santés proposée par le gouvernement est peut être celle de trop".

Le coup de colère Ségolène Royal contre les sondages

La candidate à la primaire socialiste, ex-madone de sondages, est aujourd'hui très en colère contre ces mêmes enquêtes d'opinion. Elle a déposé plainte devant la haute autorité des primaires du PS, qui fait office d'arbitre dans cette compétition.
_ En jeu, les méthodes des instituts de sondages, qualifiées ce matin encore de poison pour la démocratie. Ségolène Royal sur Canal Plus : "ces enquêtes sont faites sur un échantillon très restreints de 200 électeurs… les journaux achètent des sondages qui remplacent le débat politique de fond".

Nouveau soutien pour François Hollande : Jean Peyrelevade

Haut fonctionnaire, économiste réputé, banquier, ancien patron du Crédit Lyonnais. Ce n'est pas anodin comme soutien.
Jean Peyrelevade fut le conseiller économique de François Bayrou au Modem.
_ Une personnalité du centre + une personnalités de gauche, voilà un attelage qui lui plait. Et qui pour mener cet attelage ? François Hollande, le candidat PS le plus centro-compatible d'après Jean Peyrelevade qui était ce matin sur LCI : "François Hollande, des hommes politiques de gauche, c’est celui qui est le plus lucide sur l’état du pays; je pense que c’est lui qui va gagner la primaire socialiste"

Borloo candidat ? "oui" dit Rama Yade ; Borloo est plus prudent

Rama Yade, qui a rejoint le patron du parti radical : "Jean Louis Borloo est candidat je le confirme ; il nous l’a dit"

Jean Louis Borloo est plus prudent sur France 2 : "je suis à la fin de ce travail de maturation personnelle ; quand je serai complètement terminé, je viendrai vous le dire … très bientôt ", ajoute-il. .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.