L'interview politique, France info

Copé : "Depuis le début de ce quinquennat, c'est le syndrome d'un effondrement du commandement"

Hollande, semaine sociale, laïcité : Jean-François Copé, député Les Républicains et candidat à la primaire de la droite, était l'invité de France Info mardi matin.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Alors que démarre mardi une semaine de mobilisation et de grève contre la loi Travail, Jean-François Copé, député Les Républicains et candidat à la primaire 2016 de la droite et du centre, a estimé mardi sur France Info que François Hollande "n'est pas en situation d'appliquer les décisions qu'il prend ". "Depuis le début de ce quinquennat, c'est le syndrome d'un effondrement du commandement. Notre pays en réalité est aujourd'hui totalement déstabilisé par le fait qu'on un président de la République qui en donne une vision claire de ce qu'il veut et qui n'est pas en situation d'appliquer les décisions qu'il prend avec son gouvernement ", a estimé Jean-François Copé.

François Hollande a rappelé sur Europe 1 ce mardi matin que la France allait "effectivement mieux ". Selon Jean François Copé, le chef de l'Etat "aggrave, si j'ose dire, son cas ". "On ne peut pas continuer d'être avec cette formule qui est à l'inverse de tout ce que demandent les Français. Les Français veulent qu'on ouvre les yeux. Ils veulent que notre pays soit commandé, que de décisions soient prises, qu'une vision soit proposée alors que nous voyons l'inverse aujourd'hui ", a-t-il réagi.

UNEF, CGT, Nuit debout : "une mouvance très conservatrice "

La maire de Meaux a pointé les organisations qui s'opposent à la loi Travail : "En réalité c'est devenu la mobilisation de l'UNEF , de la CGT, de Nuit debout tout autant de mouvements qui appartiennent à la même mouvance politique et syndicale qui est une mouvance très conservatrice, ne rien changer, garder ici et là la situation actuelle, parce qu'on ne veut pas s'adapter au monde moderne y compris quand c'est au service de l'intérêt général et dieu sait que cette loi ne va pas bien loin ".

Par ailleurs, Jean François Copé a dit "comprendre" les policiers qui manifesteront demain mercredi contre la "haine anti-flic". "Nos forces de l'ordre sont mobilisées dans des conditions extrêmement fortes contre toutes les formes de violences y compris terroristes. Ils font preuve d'un courage remarquable dans cette période. Et voilà qu'ils sont brocardés par certains médias, il faut le dire, et part ailleurs, j'ai en tête cette affiche de la CGT qui venait faire des amalgames absolument indignes dont on a demandé le retrait, ce qu'elle n'a toujours pas fait. Moi je comprends que les forces de l'ordre marquent qu'elles en ont assez ", a-t-il expliqué.

Primaire de la droite : Jean-François Copé souhaite "le vote électronique pour les Français de l'étranger "

Alors que le bureau politique du parti Les Républicains se réunit ce mardi soir, Jean-François Copé a rappelé son souhait "qu'on puisse prévoir le vote électronique pour les Français de l'étranger ." "Je souhaite qu'on puisse prévoir le vote électronique pour les Français de l'étranger compte tenu de l'éloignement et la dangerosité. Je me permets de rappeler que dans un certain nombre de pays, il faut faire un peu attention ", a-t-il expliqué.

"Je pense qu'on a une Haute autorité, qu'il faut se rapporter à elle et qu'enfin, il me paraît indispensable, parce que nous approchons de l'échéance, que les règles, si elles doivent être modifiées, le soient dans une logique de consensus entre tous les candidats, ça ne peut pas être simplement la direction du parti. (…) Si on doit modifier les règles à la marge, cela doit être consensuel entre tous les candidats ", a demandé le député.

Déclaration du pape sur le voile : "Sa voix compte. Mais il n'est pas en charge de la vie de la cité "

Dans le journal La Croix , le Pape François a estimé que "si une femme veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire, la France exagère la laïcité". "Le pape François est un homme éminemment respectable. Sa voix compte. Mais il n'est pas en charge de la vie de la cité" , a répondu Jean-François Copé.

Le maire de Meaux a détaillé sa proposition de "code de la laïcité et des cultes". "Je propose une dizaine de mesures qui permettent de mettre noir sur blanc ce que veut dire la laïcité. Parmi celles-ci, l'idée d'étendre la loi 2004 qui s'applique à l'école à l'ensemble des établissements publics, les mairies, les tribunaux, les universités. Tous les établissements publics au nom de laïcité verraient la même application que ce qui a aujourd'hui dans les écoles publics ", a t-il expliqué. Selon le député, ces dispositions vont permettre "de lutter contre les dérives du communautarisme religieux ". "Chacun est quand même bien conscient, les Français toutes sensibilités religieuses confondues disent que les dérives auxquelles on assiste fissurent la République ", a-t-il ajouté.

"Quel est notre problème en France ? C'est de rappeler que la laïcité c'est la liberté pour chacun d'exercé son culte s'il le souhaite mais à condition de respecter celui des autres et les lois de la République. Notre problème aujourd'hui ce sont des dérives liées à une application ou une interprétation radicales du culte musulman qui conduit, tout le monde le sait, à des dérives qui mettent tout le monde mal à l'aise y compris nos compatriotes de confession musulmanes ", a poursuivi Jean-François Copé.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)