L'interview politique, France info

Christian Estrosi : "La loi Travail va rejoindre le cimetière des fausses ambitions de François Hollande"

Loi Travail, casseurs, primaire : Christian Estrosi, maire LR de Nice et président de la région PACA, était l'invité de France Info mardi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Christian Estrosi, maire Les Républicains de Nice et président de la région PACA © RADIO FRANCE/Jean-François Achilli)

Alors que le débat parlementaire sur le projet de loi de réforme du Code du travail commence ce mardi, Christian Estrosi, président Les Républicains de la région PACA, a estimé mardi sur France Info que "la loi travail va rejoindre le cimetière des fausses ambitions de François Hollande ". "Nous avions l'opportunité de faciliter les licenciements donc de faciliter l'embauche, de réformer le Code du travail ", a déploré le maire de Nice, qui a rappelé qu'il soutenait le texte initial. 

Christian Estrosi a estimé que "le gouvernement a reculé sur tout. Moi je suis allé au bout de mes initiatives chez moi. Le guichet unique, je l'ai fait. La plateforme pour l'apprentissage avec 112 millions d'euros d'investissement, je l'ai fait. " A l'inverse, a constaté Christian Estrosi, "le gouvernement ne fait plus que du bricolage sur l'emploi en même temps qu'il laisse un mouvement protestataire faire beaucoup de dégâts ."

"En période d'état d'urgence, ce devrait être interdit de manifester"

Au matin d'une nouvelle manifestation contre la loi Travail et après les violences qui ont émaillé les défilés en France, Christian Estrosi a estimé qu'"en période d'état d'urgence, ce devrait être interdit de manifester. " Le maire de Nice a aussi jugé "inacceptable " l'attitude des casseurs. "24 millions d'euros de dégâts place de la République, 400 policiers blessés, quel Français peut admettre ça ? , a demandé Christian Estrosi. Vous ne pensez pas que les services de sécurité ont plus à faire pour protéger les Français que de devoir contenir des casseurs ? Il faut que cela cesse. Un plan vigipirate doit avoir une signification ." 

Le président de la région PACA a dit ne pas comprendre le décalage : "On nous demande de prendre des mesures extrêmement lourdes pour éviter que qui que ce soit s'approche de nos écoles, nos collèges, nos universités mais on laisse tout le monde déferler dans les rues ". "Je sens un esprit de révolte face à la perte d'autorité de l'Etat qui ne fait plus respecter l'état de droit ", a conclu Christian Estrosi.

Présidentielle 2017 : "Je crois que la primaire va passionner les Français "

Le président Les Républicains de la région PACA a promis une primaire à droite pour la présidentielle de 2017 passionnante. "C'est un rendez-vous extraordinaire. Je crois que la primaire va passionner les Français ", a estimé le maire de Nice. "Ce débat va être un vrai débat d'idées car les Français sont excédés par les petites phrases des uns contre les autres. Ils veulent savoir qui a quoi à proposer pour l'avenir du pays ", a jugé le président de la région PACA. "Ils veulent qu'on leur redonne des raisons d'espérer, de l’optimisme ." 

Christian Estrosi a-t-il fait son choix alors qu'une douzaine de candidats se sont déclarés à la primaire de la droite ? "Je ne suis engagé aux côtés de personne. Le moment venu, je ferais mon choix et le moment n'est pas venu aujourd'hui ", a-t-il expliqué.

(Christian Estrosi, maire Les Républicains de Nice et président de la région PACA © RADIO FRANCE/Jean-François Achilli)