L'interview politique, France info

Casseurs : "Il faut une condamnation sans faille et de tout le monde" (Le Roux, PS)

Après un nouveau face à face tendu entre les manifestants et les forces de l'ordre lors du traditionnel défilé du 1er mai dimanche, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) à l'Assemblée nationale, a estimé lundi sur France Info qu'"il faut une condamnation sans faille et de tout le monde des casseurs qui essayent de faire en sorte que le mouvement tourne mal".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Il faut une condamnation sans faille et de tout le monde des casseurs qui essayent de faire en sorte que le mouvement tourne mal ", a réagi Bruno Le Roux, président du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) à l'Assemblée nationale, sur France Info ce lundi matin, après un nouveau face à face tendu entre les manifestants et les forces de l'ordre lors du traditionnel défilé du 1er mai dimanche à Paris. "Les casseurs qui sont attrapés doivent être punis et répondre de leurs actes ", a tranché le député PS de Seine-Saint-Denis. "D'abord, il n'est pas possible de casser. Ensuite, les organisateurs de manifestations doivent se séparer totalement, dans leurs discours, de ces casseurs. Et de ce point de vue-là, il y a eu des expressions un peu molles, la semaine dernière ", a estimé Bruno Le Roux.

"Je n’accepte pas que l’on dise aujourd’hui que ceux qui ont été nos héros il y a quelques semaines, ceux qui ont fait tenir l’unité de la République dans ce moment où les terroristes ont essayé de nous atteindre, seraient aujourd’hui les fauteurs de trouble ! Le droit de manifester est un droit fondamental et le droit de casser doit être réprimé sans la moindre hésitation ", a continué le député.

Loi Travail : Le Roux "demande à la gauche de ne pas ergoter en permanence et de prendre ses responsabilités "

La loi El Khomri "a trouvé un équilibre ", a estimé Bruno Le Roux. Pour le député de Seine-Saint-Denis, "en rentrant dans le débat, demain, à l'Assemblée, nous allons enfin parler de la vérité du texte ." "La gauche qui gouverne aujourd'hui, qui prend ses responsabilités est bien loin des caricatures qu'en font ceux qui manifestent place de la République à Paris ", a jugé Bruno Le Roux. "Depuis deux ans aussi, un certain nombre de socialistes ergotent à chaque fois que nous créons un progrès, ce n'est jamais assez", a regretté le député. Mais "quand tout le monde est contre un texte, c'est que ce texte a trouvé un équilibre ", a-t-il jugé. 

Alors que la loi Travail sera débattue à l'Assemblée nationale à partir de mardi, Bruno Le Roux a demandé aux socialistes de supporter le gouvernement : "Avec la loi El Khomri, nous pourrions faire l'unité mais je demande à la gauche de ne pas ergoter en permanence et de prendre ses responsabilités. On peut avoir des désaccords mais sans toujours les mettre en scène et empêcher d'avancer ."

"Ayons au moins la fierté de dire que nous avons agi pendant ces quatre années "

Comme Jean-Christophe Cambadélis et sa "Belle alliance populaire" ou Stéphane Le Foll avec "Hé Oh la gauche", Bruno Le Roux  lance lui aussi son mouvement pro-Hollande "Du progrès en plus" pour défendre l’action et le bilan du président de la République. Mais pour le député PS de Seine-Saint-Denis, "ce n'est pas une campagne de communication, c’est une campagne de résultats, une campagne objective. Nous voulons remettre au cœur du débat ce qu’a fait la gauche depuis maintenant quatre ans ." 

"Du progrès en plus" aura donc pour objectifs de "dire les résultats. Il fallait redresser le pays et, en même temps que nous l’avons redressé, nous avons créé des nouveaux progrès. Nous aurions pu faire plus, je veux bien reconnaître des erreurs mais ayons au moins la fierté de dire que nous avons agi pendant ces quatre années. Moi je veux mettre fin au désordre à gauche, faire en sorte qu’il y ait un sursaut commun, la capacité à défendre ce que nous avons fait ." 

Interrogé sur la candidature de François Hollande à la présidentielle de 2017, Bruno Le Roux a été clair : "Je souhaite qu'il le soit et j'ai la charge de poser le socle qui va lui permettre de présenter son projet pour le pays pour les cinq prochaines années ."

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)