L'interview politique, France info

Attentat/Istanbul : "On condamne" mais "le gouvernement Erdogan a une lourde responsabilité" dans la crise (Lagarde, UDI)

L'attentat à l'aéroport Atatürk d'Istanbul mardi soir a fait au moins 36 morts, selon le dernier bilan. "Evidemment, qu'on condamne et qu'on regrette ce qui s'est passé", a réagi mercredi Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI. Mais il a dénoncé "l'attitude ambiguë" de la Turquie depuis le début de la guerre en Irak et Syrie et jugé qu "le gouvernement Erdogan a une lourde responsabilité".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'attentat à l'aéroport Atatürk d'Istanbul a fait au moins 36 morts et 147 blessés selon le dernier bilan. C'est le plus meurtrier depuis le début de l'année dans la capitale turque. "Evidemment, qu'on condamne et qu'on regrette ce qui s'est passé" , a réagi mercredi Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI et député de Seine-Saint-Denis, sur France Info. Mais il a montré du doigt les autorités turques. "L'attitude de la Turquie depuis le début de la guerre en Irak et en Syrie a été tellement ambiguë, avec les trafics d'essence qui sont passés par sa frontière, les trafics d'armes. Je pense que le gouvernement Erdogan a une lourde responsabilité dans l'aggravation de la crise" , a estimé Jean-Christophe Lagarde.

Le maire de Drancy est revenu sur l'accord européen passé avec la Turquie sur les migrants. Il "a été fait sous la pression du chantage de monsieur Erdogan, chantage aux réfugiés. Des milliers de gens mourant sur les routes, des milliers de gens noyés, parce que monsieur Erdogan n'a pas fait son boulot et parce qu'il voulait forcer la clé de l'Europe""La Turquie ne fait pas partie de l'Union européenne et n'a pas vocation à en faire partie" , a martelé Jean-Christophe Lagarde.

Brexit : le Royaume-Uni veut "les avantages mais pas les inconvénients. C'est un scandale si Hollande laisse faire ça"

François Hollande a déclaré mardi soir que le Royaume-Uni devra accepter les quatre libertés de circulation - des personnes, des capitaux, des biens et des services - s'il veut conserver l'accès au marché intérieur européen et le "passeport" pour ses banques. Ce qui ne satisfait pas Jean-Christophe Lagarde. "Maintenant que [les Britanniques] ont choisi d'être out, ils ne peuvent pas être in. Ils veulent les avantages mais pas les inconvénients. C'est un scandale si François Hollande laisse faire ça" , a-t-il estimé mercredi sur France Info.

Le message envoyé au Royaume-Uni n'est pas le bon, selon le président de l'UDI, car "ça veut dire en clair, si vous payez, comme la Norvège, si vous acceptez d'ouvrir vos marchés, vous restez de fait dans l'Union européenne mais vous n'avez plus les contraintes de l'Union européenne. C'est inacceptable, [...] c'est la démolition de l'Union européenne". Pour le député de Seine-Saint-Denis, "les Anglais restent nos amis, ils restent même nos alliés, mais ce ne sont plus des partenaires, ce sont des concurrents".

Sur le calendrier de sortie de l'UE du Royaume-Uni, Jean-Christophe Lagarde a estimé que "la construction européenne ne peut pas être prise en otage pendant plusieurs mois à cause d'un problème de politique interne. [...] Ce n’est pas à nous d'en payer les conséquences".

"L'Union européenne ne fait pas le seul boulot pour lequel elle est plus efficace que les Etats, nous protéger contre la mondialisation, nous protéger contre les projets de terroristes et de criminels" a estimé Jean-Christophe Lagarde. Selon lui, l'espace "Schengen est mort, on ne peut pas avoir en même temps un vaste espace de circulation et pas un vaste espace de sécurité" .

Loi Travail : "Un gouvernement dans cette situation de faiblesse n'est plus en état de gouverner efficacement"

La loi Travail a été adoptée ce mardi par le Sénat, elle reviendra à l'Assemblée nationale en fin de semaine en seconde lecture et pour le député UDI de Seine-Saint-Denis, le gouvernement va sans aucun doute encore passer en force. "Il y a eu un 49.3 au premier tour, il y aura un 49.3 au second tour" , a-t-il estimé mercredi sur France Info.

"Un gouvernement qui est dans cette situation de faiblesse n'est plus en état de gouverner la France efficacement", a affirmé le député de Seine-Saint-Denis.

Non-cumul des mandats : "Une imbécilité et une démagogie" mais "personne ne reviendra dessus"

Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, a promis de supprimer la loi sur le non-cumul des mandats, qui doit entrer en vigueur en 2017, s'il revient à l'Elysée. "J'ai combattu la loi contre le cumul des mandats parce que c'est une imbécilité et une démagogie", a affirmé sur France Info mercredi le président de l'UDI. Mais "je pense qu'on a été démagogues, mais je pense que personne ne reviendra dessus, c'est dommage d'ailleurs" , a t-il regretté.

Selon Jean-Christophe Lagarde, les Français eux-mêmes n'ont pas de réponse tranchée sur le sujet mais une réponse "double et contradictoire" . Jean-Christophe Lagarde a constaté que quand on demande aux Français "Est-ce que vous êtes pour le cumul des mandats ? La réponse est non" , mais que lorsque qu'on leur pose la question "Est-ce que vous voulez que votre député reste maire ? La réponse est oui" .

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)