L'interview éco, France info

Marie Bolloré : "Autolib’ devrait s’arrêter dans les tout prochains jours"

Marie Bolloré, directrice de Blue Solutions, entreprise qui s'occupe des Autolib', était l'invité de Jean Leymarie, mercredi soir, alors que le Syndicat Autolib' Métropole va proposer, jeudi, de résilier le contrat de délégation de service public qui le lie avec le groupe Bolloré.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marie Bolloré, directrice mobilité de Blue Solution, le 20 juin 2018.
Marie Bolloré, directrice mobilité de Blue Solution, le 20 juin 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Il y a "encore un léger espoir" du côté de Blue Solutions, l'entreprise du groupe Bolloré qui s'occupe des Autolib' que le service ne s'interrompt pas. Marie Bolloré, sa directrice, a expliqué, mercredi 20 juin sur franceinfo, qu'en cas de résiliation du contrat d'Autolib', le service s'arrêtera "dans les prochains jours".

Le syndicat Autolib' Vélib' Métropole proposera jeudi 21 juin aux 98 communes qui le composent, dont Paris, de résilier le contrat conclu avec le groupe Bolloré pour gérer ce dispositif. Cette annonce intervient alors qu'Autolib' est confronté à une dette abyssale, que les collectivités locales ne veulent pas absorber.

franceinfo : Est-ce que c'est fini Autolib' ?

Marie Bolloré : Nous avons encore un léger espoir. Nous allons attendre le vote demain. C'est l'intérêt d'avoir toutes les communes. La proposition de résiliation vient du syndicat mixte. Nous verrons si toutes les communes sont d'accord avec cette proposition.

Si le service s'interrompt, qu'en est-il des abonnés ?

Le service s'arrêtera au jour de la résiliation. Nous recevrons sans doute dans les prochains jours la notification de résiliation de la part du syndicat mixte Autolib' Vélib' métropole (SAVM) et ensuite le service s'arrête. Si le syndicat le souhaite, nous pouvons opérer en régie, c'est-à-dire que nous serons mandatés comme un prestataire et rémunérés pour cette fonction le temps qu'ils le souhaitent. Nous y sommes prêts.

Est-ce que ce n'est pas un chantage que vous êtes en train de faire ? Parce qu'aujourd'hui vous leur dites : "Soit vous payez, soit on arrête".

Ce n'est pas un chantage. Nous avons tiré la sonnette d'alarme depuis plusieurs années. Il y avait quand même un troisième choix, ce dont ne parle pas le syndicat, qui était une négociation. Nous avons fait un comité de conciliation, nous n'avons pas trouvé d'accord. Nous avons continué à négocier, nous avons trouvé en avril un accord de principe que nous a donné le syndicat pour la poursuite du service avec des accords à la fois financier et de modalité. Puis, tout à coup, retour en arrière et le groupe Bolloré ne comprend pas : plus de nouvelles, c'est-à-dire qu'ils ne nous répondent plus. Ils ne sont plus à la table des négociations. Malheureusement, nous n'avions donc pas d'autres choix afin de ne pas creuser le déficit jour après jour parce qu'on perd presque 2 millions d'euros par mois, que d'envoyer cette notification de défaut d'intérêt économique.

Vous reprendriez les 250 salariés qui travaillent directement pour Autolib' comme le demande la mairie de Paris ?

Pour nous, ce n'est pas un problème de savoir à qui sont les salariés. Est-ce qu'ils seront transférés ou pas ? Dans le contrat, ils seront transférés s'il y a une continuité d'exploitation. Aujourd'hui, on a entendu que les voitures allaient peut-être être supprimées, on n'a pas encore entendu que le service de recharge pour les véhicules tiers va être non opéré demain. Nous attendons une notification. Bien sûr, nous allons les reprendre mais pour les salariés le problème n'est pas 'qui va les payer à la fin du mois', c'est de dire 'est-ce que je vais avoir un travail' ? Vous savez très bien que le groupe Bolloré n'a pas d'activité automobile ou d'ambassadeur, de mécanicien ou d'électronicien en Île-de-France.

Marie Bolloré, directrice mobilité de Blue Solution, le 20 juin 2018.
Marie Bolloré, directrice mobilité de Blue Solution, le 20 juin 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)