L'interview éco, France info

L'interview éco. Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte : "17 000 salariés sont prisonniers de fonds vautours"

Marc Lelandais, ancien PDG du groupe d'habillement Vivarte, était l'invité de Jean Leymarie, lundi sur franceinfo. Le groupe français a annoncé, ce même jour, deux nouveaux plans de sauvegarde de l'emploi (PSE). 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte. 
Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte.  (RADIO FRANCE / CAPTURE D'ÉCRAN)

"L’État a un rôle à jouer pour sauver Vivarte" a déclaré, lundi 23 janvier sur franceinfo, l’ancien PDG du groupe d’habillement, Marc Lelandais. La direction actuelle de Vivarte a annoncé deux nouveaux plans de sauvegarde pour l’emploi à la Halle aux Chaussures et des cessions d’enseignes. Jusqu’à 2 000 emplois pourraient être menacés. Les syndicats en sauront plus mardi.

franceinfo : Est-ce la fin de Vivarte ?

Marc Lelandais : Je ne peux pas me permettre de dire cela car je ne suis plus aux commandes de ce groupe. Mais c’est vrai que c’est la chronique d’un démantèlement annoncé. Les fonds spéculatifs, qui ont pris les commandes, se sont révélés incapables de définir une stratégie pour développer l’entreprise et l’emploi. Les 17 000 salariés sont prisonniers de ces fonds vautours. Cette entreprise est sous le poids d’un intérêt d’une dette abyssale qui lui a été mise sur le dos en 2007 et elle ne s’en remet pas. Elle est asphyxiée et ne parvient pas à investir, à s’adapter à la concurrence. Il y a beaucoup d’enseignements à en tirer et notamment pour les pouvoirs publics.

Est-ce que vous vous sentez responsable de cette situation ?

J’ai fait tout ce que j’ai pu en écrasant deux milliards d’euros de dette en 2014. C’était une négociation très compliquée avec les créanciers de Vivarte. Cette négociation avec les fonds spéculatifs visait à écraser la dette. Les fonds ont converti leur dette en actions, en possession de l’entreprise et ont accepté d’écraser un montant exceptionnel jamais réalisé : j’ai obtenu ces deux milliards d’euros de remise sur 2,8 milliards.

Pourquoi leur avoir confié les clés de la société ?

Je n’avais pas le choix. Ils étaient au capital de la dette. En juin 2013, cette entreprise a fait l’objet d’un "raid" de la part de ces fonds spéculatifs, qui l’ont mise dans une situation de fragilité auprès de ses fournisseurs, des banquiers et de tout le monde. En quelques jours, Vivarte est passé d’une situation dans laquelle le groupe était en train de s’assainir à une situation qui l’a plongée dans une crise très profonde. Cette crise a débouché sur une restructuration de la dette. Nous n’avions pas d’autres choix.

Finalement, était-ce le bon choix ?

On est dans une quadrature du cercle, dans un schéma fermé. Vous avez devant vous un capital de dette qui est détenu par des fonds spéculatifs. Vous avez un actionnaire de référence, à l’époque Charterhouse, qui doit abandonner sa participation pour laisser de nouveaux actionnaires arriver. En tant que dirigeant, la seule chose à faire c’est d’écraser cette dette et de mettre en place une gouvernance de qualité.

Votre successeur vous a accusé d’avoir eu une mauvaise stratégie en vendant les vêtements et les chaussures plus chers. Est-ce que vous regrettez votre stratégie de l’époque ?

Quel beau fantasme ! Nous sommes typiquement dans une diversion menée par ces fonds spéculatifs qui n’ont pas de stratégie, pas de programme, pas de projet de développement d’entreprise. Ils sont là que pour une seule chose : dépecer cette entreprise, récupérer les actifs, les vendre et faire du cash à court terme. On a travaillé neuf mois à un an sur 18 entreprises pour essayer de les repositionner face aux concurrents (H&M, Zara, etc), qui, eux, ne sont pas asphyxiés par le remboursement des intérêts de dette. Nous sommes en face d’un schéma financier qui s’appelle le LBO (montage juridico-financier de rachat d’entreprise par effet de levier, c’est-à-dire par recours à un fort endettement bancaire). Vivarte a vécu trois LBO successifs dans les années 2000. À chaque fois, on lui demande de rembourser le capital de la dette avec des intérêts d’emprunt gigantesque. À la fin, le groupe n’a plus de capacité d’investissement. Mon prédécesseur avait augmenté les prix de 10% à la Halle. Nous parlons de produits à moins de 19 euros. Il faut mettre les points sur les "i", dire la vérité et arrêter de dire n’importe quoi. Il s’agit de 17 000 salariés.

Qui peut encore sauver Vivarte ?

Le problème avec les fonds vautours spéculatifs, c’est qu’il y a toujours plus méchant que vous. Quand vous êtes dirigeant, vous n’avez qu’une seule possibilité : regarder qui est au capital de dette. Il faut rappeler que la dette est un marché de gré à gré qui n’est pas régulé et encadré. Il faut aussi préciser que les intérêts de dette sont déductibles de l’impôt sur les sociétés donc ça coûte de l’argent à l’État. Les entreprises sous LBO, comme Vivarte, ont aussi bénéficié du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi). C’est donc un monde très clos, très difficile.

Vous voulez une nouvelle réglementation. Mais qui peut aider les salariés de Vivarte ?

Je pense que l’État peut jouer un rôle par l’intermédiaire du ministère de l’Économie et de sa cellule en charge des restructuration industrielles. L’impôt sur les sociétés, la déductibilité des intérêts, le CICE. C’est une réalité et l’État a des moyens de coercition pour demander un vrai plan de développement à cette entreprise comme il peut le faire pour d’autres groupes.


Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte : "17 000... par franceinfo

Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte. 
Marc Lelandais, ancien PDG de Vivarte.  (RADIO FRANCE / CAPTURE D'ÉCRAN)