Cet article date de plus d'un an.

"L'Europe est en train de devenir compétitive sur les semi-conducteurs", selon le directeur commercial d'Intel, Christoph Schell

Toute la semaine, "L'invité éco" de franceinfo s'installe à Davos pour le Forum économique mondial. Christoph Schell, premier-vice président et directeur commercial du géant américain Intel estime que l'Europe est en train de devenir compétitive pour enfin attirer des chaînes de production de puces électroniques.
Article rédigé par franceinfo, Isabelle Raymond
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Christoph Schell, directeur commercial d'Intel, le 17 janvier 2023. (ISABELLE RAYMOND / FRANCEINFO)

La fin de la pandémie mondiale l'an dernier a été marquée par la crise des semi-conducteurs avec une demande beaucoup trop forte pour une offre concentrée en Asie, ce qui a entraîné des ruptures des chaînes d'approvisionnement et des arrêts de production. "Cela va durer", selon le directeur commercial d'Intel, l'allemand Christoph Schell. "Nous sommes en train de discuter avec certaines entreprises pour changer de puces électroniques, passer d'une technologie ancienne à une technologie plus avancée. Justement parce que les capacités sont limitées et que le problème dure."

Relocaliser une partie de la production en Europe 

Intel, comme ses concurrents, est dans une logique de relocalisation des chaînes d'approvisionnement, de l'Asie vers l'Europe. Aujourd'hui seul un site sur la trentaine que compte le géant des puces électroniques, est situé en Europe, à savoir en Irlande. Un deuxième site est prévu en Allemagne. "Le terrain est acheté" confirme Christoph Schell, mardi 17 janvier. "Nous sommes en discussion avec le gouvernement allemand. Car on n'installe pas comme ça un site de production de semi-conducteurs,  poursuit le vice-président d'Intel. C'est tout un écosystème qui se crée autour."

>>> Pénurie de semi-conducteurs : quels sont les atouts de la France dans cette bataille industrielle mondiale ?

Christoph Schell rappelle également qu'un site de R&D est prévu en France, où existent déjà des partenariats universitaires, avec le Centre d'études nucléaires (CEA) de Grenoble. À l'horizon 2030, Intel espère que 50% de la production de semi-conducteurs sera effectuée hors d'Asie, contre 80% aujourd'hui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.