L'invité éco, France info

L'économiste Jeremy Rifkin : "Le soleil n'envoie pas de facture"

Il avait théorisé "la fin du travail" et "la troisième révolution industrielle". L'économiste Jeremy Rifkin publie "La nouvelle société du coût marginal zéro". Selon lui, "le capitalisme se meurt". L'économie du partage remplace peu à peu l'économie de l'échange.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(L'économiste Jeremy Rifkin dans les studios de France Info. © Radio France)

 

Depuis près de quarante ans, l'économiste Jérémy Rifkin essaie d'imaginer l'économie de demain. Dans son nouvel ouvrage -La nouvelle société du coût marginal zéro (Ed. Les liens qui libèrent) -, il dessine un monde en rupture avec le capitalisme. Selon lui, les "communaux collaboratifs " sont en train de tout changer.De quoi s'agit-il ? "Au lieu d'avoir des acheteurs et des vendeurs, au lieu d'avoir des propriétaires et des travailleurs, tout le monde est entrepreneur. Tout le monde produit et partage sa production à un coût marginal quasi zéro, ou beaucoup moins cher, dans le cadre de ces communaux collaboratifs. C'est un système complètement nouveau pour organiser la vie économique. "

Comparaison avec l'Allemagne

Jeremy Rifkin cite en exemple les énergies renouvelables : "Nous avons en Allemagne des millions de propriétaires de petites maisons, de PME-PMI, qui produisent leur propre énergie, solaire ou éolienne, à un coût quasiment zéro. Ils doivent payer des coûts fixes, bien sûr, mais une fois que ces coûts sont payés, l'énergie est gratuite. Le soleil n'envoie pas de facture. Il faut simplement que le panneau solaire soit propre ."

"Le vent n'envoie pas de facture. Il faut que l'éolienne soit en état de marche. Donc en Allemagne il y a maintenant des gens qui produisent et partagent l'électricité verte à un coût marginal quasi zéro. Que deviennent les grandes entreprises de fourniture de l'énergie ? Tout comme les sociétés discographiques, toute comme les sociétés éditrices, c'est la révolution... Elles sont en train de disparaître ."

(L'économiste Jeremy Rifkin dans les studios de France Info. © Radio France)