L'interview éco, France info

Isabelle Kocher (Engie) : "Nous avons changé de cap"

La directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, était l'invité de Jean Leymarie, jeudi sur franceinfo, pour évoquer la réorientation du groupe vers les énergies renouvelables ainsi que les bénéfices de l'industriel énergétique français.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Isabelle Kocher, directrice générale d\'Engie, le 8 mars 2018.
Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, le 8 mars 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

En 2017, l'industriel énergétique Engie a réalisé 1,4 milliard de bénéfices. Ces résultats sont possibles, car son l'entreprise française s'est "réalignée avec ce que la société veut", a expliqué Isabelle Kocher, PDG d’Engie, jeudi 8 mars sur franceinfo.

franceinfo : Qu'est-ce qui a changé pour Engie ?

Isabelle Kocher : Nous avons lancé un plan de transformation, il y a deux ans maintenant. On devait le faire sur trois ans, mais nous l'avons finalement fait en deux ans. Nous avons changé de cap, nous avons simplifié et refocalisé notre groupe sur deux choses très simples. D'une part aider nos clients à consommer moins d'énergie, ce qui peut surprendre. Il y a énormément de potentiel d'économies d'énergie partout. 100 000 de nos 150 000 collaborateurs font ce métier tous les jours sur le terrain pour aider les consommateurs à consommer moins. Par exemple, si vous changez de chaudière, vous gagnez 15%, parfois 20% de votre énergie. Et, deuxièmement, nous nous appliquons à produire de l'énergie propre.

Quand on change de modèle pour passer notamment à beaucoup de renouvelable, est-ce qu'on touche quelque chose d'aussi rentable ?

C'est solide, car nous avons réaligné Engie avec ce que la société veut. C'est la meilleure garantie pour un groupe. Nous nous sommes mis au centre du jeu de ce secteur qui change, là où les investissements vont aller, où la croissance va se produire et les emplois se créer. Le groupe est rentable et se développe plus vite que ses compétiteurs. Nous avons en deux ans acquis 43 petites et moyennes sociétés dans divers pays.

L'an dernier les entreprises du CAC 40 ont augmenté leurs profits de 24%, à plus de 90 milliards d'euros. Qu'allez-vous faire de vos bénéfices chez Engie ?

Nous investissons. Sur trois ans, nous aurons investi 14 milliards d'euros, ce qui est considérable pour produire de l'énergie solaire et éolienne, pour changer tous les systèmes de chaud et de froid chez les clients qui nous le demandent. Dans le digital, bientôt vous piloterez votre consommation avec votre mobile, si cela n'est pas déjà le cas. Il ne faut pas avoir le succès honteux dans ce pays, avoir de grands groupes industriels c'est une vraie chance. C'est comme ça qu'on innove et qu'on fait la course dans le monde. La France a une force qu'on ne mesure pas toujours. Le pays n'a pas assez de petites et moyennes entreprises peut-être. Il faut y travailler et les grands groupes ont leur rôle à jouer. J'ai pu libérer 1,5 milliard d'euros d'investissement pour le digital sans savoir ce que cela va rapporter, parce que nous sommes profitables.

Vos salariés vont-ils profiter de ces bénéfices ?

Nous créons de l'emploi. Nos salariés actuels ont une dynamique salariale très bonne. Ils sont bien rémunérés par rapport au secteur, avec des opportunités de progression au sein du groupe.

Isabelle Kocher, directrice générale d\'Engie, le 8 mars 2018.
Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, le 8 mars 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)