Cet article date de plus de sept ans.

Henri Giscard d'Estaing : "Le Club Med ne deviendra pas chinois"

écouter
C'est la plus longue bataille dans l'histoire de la bourse de Paris. Un homme d'affaires italien, Andrea Bonomi, et un conglomérat chinois, Fosun, se disputent le contrôle du Club Med. Le PDG du groupe, Henri Giscard d'Estaing, soutient l'offre de Fosun , mais est catégorique : "Le Club Med ne deviendra pas chinois"
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le chinois Fosun, soutenu par les dirigeants du groupe, vient de faire une nouvelle offre, valorisant le Club Med à près de 900 millions d'euros. Ses concurrents, l'homme d'affaire Andrea Bonomi et ses alliés, ont jusqu'au 17 novembre pour surenchérir, s'ils le souhaitent.

 

Beaucoup de salariés s'inquiètent. Feront-ils les frais de cette bataille boursière ? "Nous allons continuer à nous développer, notamment dans les Alpes. Notre objectif, c'est la croissance, y compris en France ", leur répond leur PDG, Henri Giscard d'Estaing, qui précise : Le Club Med ne deviendra pas chinois".  Le développement en Asie reste néanmoins la priorité du Club Med : "L'Asie représente aujourd'hui les 3/4 de notre résultat ". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.