L'invité éco, France info

Face à Veolia, "nous serons en mesure de dévoiler un projet alternatif", assure Bertrand Camus, directeur général de Suez

Le leader français et mondial du traitement de l'eau et des déchets, Veolia, veut absorber son principal rival, Suez, qui dénonce un projet "inutile et destructeur".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bertrand Camus, directeur général de Suez, invité de franceinfo mardi 24 novembre 2020.
Bertrand Camus, directeur général de Suez, invité de franceinfo mardi 24 novembre 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

La bataille continue. Veolia veut racheter Suez, qui refuse. Le leader mondial de l’eau et des déchets souhaite créer un groupe encore plus pour affronter une concurrence accrue. De son côté, Suez prépare un "projet alternatif".

Mais a-t-il trouvé un chevalier blanc, pour contrer l’offensive de Veolia ? Invité éco de franceinfo, mardi 24 novembre, Bertrand Camus, directeur général de Suez, l’annonce : "Le projet que nous développons de notre côté sera mûr dans les semaines et les mois qui viennent. De toute façon, nous avons rendez-vous avec nos actionnaires au moment de l’Assemblée générale, au printemps prochain (…) A ce moment-là, nous serons en mesure de dévoiler notre projet alternatif."

Des "investisseurs français et internationaux"

Le dirigeant assure travailler "sur plusieurs options" : "Nous constatons que nous sommes capables d’attirer l’intérêt d’investisseurs à la fois français et internationaux pour permettre à Suez de continuer son aventure industrielle."

Bertrand Camus estime toujours que projet de Veolia est "inutile et destructeur" : "Suez va bien, Suez se développe, Suez embauche, Suez a un plan stratégique qui marche très bien". Il accuse Veolia de vouloir "démanteler Suez", en laissant "sur le carreau (…) entre 20 000 et 25 000 salariés en France", ce que dément Veolia.

Bertrand Camus, directeur général de Suez, invité de franceinfo mardi 24 novembre 2020.
Bertrand Camus, directeur général de Suez, invité de franceinfo mardi 24 novembre 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)