Equipement de la maison : Emery Jacquillat, président de Camif, parie sur une "production locale"

écouter (8min)

L'enseigne ne vend plus que des produits fabriqués en France et en Europe. Elle est en forte croissance. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emery Jacquillat, président du groupe Camif. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le groupe Camif vient de prendre un virage. Depuis cet été, le spécialiste de l’ameublement, de l’équipement de la maison et de l’électroménager ne vend plus que des produits fabriqués en France et en Europe. Invité éco de franceinfo jeudi 2 septembre, son président, Emery Jacquillat, défend une "production locale" pour une "consommation responsable", dans l'objectif notamment de préserver l’environnement.

Quand on valorise le local, on fait faire beaucoup moins de kilomètres au produit  

Emery Jacquillat, président de Camif

sur franceinfo

Le patron de Camif assure aussi que sa démarche permet de "valoriser des savoirs-faire", et de "maintenir des emplois en France" : "On sait que pour un emploi qu’on crée à la Camif à Niort, on en a 14 en France". Le groupe se fournit notamment auprès de nombreuses PME de l’hexagone.

Plus de 40% de croissance en 2020

L’enseigne a renoncé à vendre certains produits. "On ne trouve pas de micro-ondes fabriqués en Europe, ni de gros réfrigérateurs, qui sont assez gourmands en énergie. Ceux-là, on les a sortis de notre catalogue", explique Emery Jacquillat.  

La pandémie et les confinements ont soutenu la croissance de Camif (+44% en 2020), car de nombreux clients ont investi dans l’aménagement de leur logement : "Nos nouveaux clients n’ont pas forcément plus de moyens que les autres, assure le dirigeant, mais ils font beaucoup plus d’arbitrages dans leurs actes de consommation au quotidien. La Covid a accéléré ce changement."        

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.