Cet article date de plus de trois ans.

Déconfinement : "L’envie de voyager est là !", selon Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med

Selon le patron du groupe touristique, les réservations sont reparties en France.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med, en 2018. (OLIVIER CORSAN / MAXPPP)

La pandémie de Covid-19 n'est pas terminée. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) déconseille toujours les voyages internationaux. Mais pour Henri Giscard d'Estaing, le PDG du Club Med, le tourisme devrait tout de même reprendre des couleurs dans les prochaines semaines.  

"Chez nous, en France, depuis un mois, avant même le nouveau calendrier de déconfinement, les réservations sont reparties, constate le dirigeant. Les gens veulent de la liberté". Henri Giscard d'Estaing a observé le même phénomène sur d'autres continents : "Dans un pays comme la Chine, qui a dominé plus tôt que nous l'épidémie, les voyages sont repartis de manière remarquable. Plus près de nous, pour les Américains, la reprise des voyages et des vacances est extraordinairement forte, avec des niveaux supérieurs à ce qu'ils étaient il y a deux ans."

De nouveaux protocoles  

Les clients du Club Med porteront-ils un masque cet été au bord de la piscine ? "Nous avons décidé de demander à nos clients de venir avec un test, sauf s'ils sont vaccinés", répond Henri Giscard d'Estaing, qui ajoute : "Nous avons adapté notre façon d'opérer. Nous avons développé le service à l'assiette, par rapport au buffet. Nous avons élargi les horaires de nos restaurants pour donner plus d'espace…" 

Je crois que nous sommes capables de combiner le besoin de sécurité et l'envie de liberté  

Henri Giscard d'Estaing, PDG du Club Med

sur franceinfo

La pandémie a fragilisé le groupe touristique : "En 2020, nous avons perdu plus de la moitié de notre chiffre d'affaires, plus de 900 millions d'euros qui n'ont pas été faits (…) Et cette année, la non-ouverture des stations de montagne nous a coûtés 260 millions d'euros", explique le dirigeant. Pour le Club Med, la facture dépasse donc un milliard d'euros. Mais grâce aux prêts garantis par l'Etat, et au soutien de son actionnaire, le chinois Fosun, le groupe "a réussi à maintenir un certain nombre de projets notamment dans les Alpes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.