L'invité éco, France info

Bertrand Fleurose (Cityscoot) : "Le scooter en libre-service vient combler un manque"

Bertrand Fleurose, le président de Cityscoot était l'invité de l'interview éco jeudi. Il a dressé le bilan de la première année de mise en service de ses scooters électriques partagés, en libre service, dans la capitale. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bertrand Fleurose est le président de Cityscoot.
Bertrand Fleurose est le président de Cityscoot. (RADIO FRANCE)

Après les Autolib et les Vélib, l’offre de scooters en libre-service se déploie en ville. À Paris, Cityscoot a déjà mis en service un millier de scooters électriques. Des concurrents apparaissent. Dès le mois prochain, le groupe allemand Bosch va déployer les siens. Est-ce un marché d’avenir ? Pour Bertrand Fleurose, président de Cityscoot, "il y a de la place pour plusieurs acteurs" dans la capitale. "Il est évident que le deux-roues est le meilleur moyen de locomotion pour rejoindre un point A à un point B à Paris", explique-t-il sur franceinfo.

franceinfo : Vous avez lancé votre service à Paris il y a un an. Marche-t-il ?

Bertrand Fleurose : Ça marche très bien. À ce jour, nos scooters sont loués à peu près 6 000 fois par jour, ce qui est un énorme succès. On considère que le service a conquis une grande partie de la population parisienne. Nous comptons environ 33 000 clients, dont les deux-tiers sont actifs.

Vous êtes encore une petite entreprise. Êtes-vous rentable ?

On s'est lancé il y a à peine un an, donc on n'est pas encore rentable. On pense avoir un premier mois rentable avant la fin de l'année, avec un peu de chance au mois de septembre. La rentabilité, on la vise pour 2018.

À Paris, les Autolib et les Vélib font pleinement partie du paysage. Mais ce sont aussi des modèles économiques qui se cherchent encore. Cela vous inquiète-t-il ?

Non, l'utilisateur d'un scooter ne ressemble pas à l'utilisateur d'un vélo et pas tout à fait à l'utilisateur d'une voiture. En introduisant notre service dans Paris, on a comblé un trou, sans prendre de parts de marché aux autres acteurs de la mobilité. Entre 120 000 et 150 000 Parisiens ont déjà choisi, depuis près de 20 ans, d'avoir un deux-roues dans la capitale. Il est évident que le deux-roues est le meilleur moyen de locomotion pour rejoindre un point A à un point B à Paris.

Une grande nouveauté vous attend dans les prochaines semaines. L'allemand Bosch va installer un service concurrent à Paris. Vous aurez donc une énorme entreprise face à vous…

Bosch est une énorme entreprise dans son secteur, mais pour l'instant c'est Cityscoot l'énorme entreprise dans le secteur des scooters partagés ! On considère que la concurrence n'est pas une mauvaise chose. On pense que l'arrivée d'un concurrent valide le scooter partagé à Paris. On pense également qu'il y a de la place pour plusieurs acteurs. Paris est une grande ville, sans oublier la petite couronne qu'on commence à inclure dans notre service, avec Levallois et Neuilly.


Bertrand Fleurose (Cityscoot) : "Le scooter en... par franceinfo

Bertrand Fleurose est le président de Cityscoot.
Bertrand Fleurose est le président de Cityscoot. (RADIO FRANCE)