L'interview éco, France info

Antoine Frérot (Veolia – Institut de l’entreprise) : "Nous formons chaque année plus de 10 000 apprentis et nous les embauchons en CDI"

Antoine Frérot, PDG de Veolia et président de l'Institut de l'entreprise, était l'invité de L'interview éco, vendredi, pour évoquer la question de l'apprentissage dans les entreprises. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Antoine Frérot, le PDG de Veolia et président de l\'Institut de l\'Entpreprise, invité de franceinfo, le 24 novembre 2017
Antoine Frérot, le PDG de Veolia et président de l'Institut de l'Entpreprise, invité de franceinfo, le 24 novembre 2017 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le gouvernement a lancé vendredi 24 novembre les discussions sur la formation professionnelle avant celles sur l’apprentissage. Antoine Frérot, PDG de Veolia et président de l'Institut de l'entpreprise, qui regroupe plus de 130 grandes entreprises privées et publiques, associations et institutions académique, était l'invité de L'interview éco de franceinfo vendredi 24 novembre. Il assure que 10 000 apprentis sont formés chaque année dans son entreprise et qu'ils sont embauchés en CDI.

franceinfo : Le débat sur l’apprentissage lancé par le gouvernement est-il bien engagé ?

Antoine Frérot : Il faut commencer par rappeler pourquoi il faut réformer l’apprentissage. En 2016, il y avait 1,8 million de jeunes Français entre 15 et 29 ans qui n’avaient pas de diplôme, pas d’emploi et pas de formation. Si on ne fait rien pour ces jeunes-là, dans 10 ans, ce sera trois millions de jeunes concernés. Il faut rendre l’apprentissage plus attractif pour les jeunes et pour les entreprises. Pour les jeunes et pour leurs familles, il y a un déficit d’informations important. Il faut  accroître les possibilités de faire des études supérieures par l’apprentissage. Il faut aussi mieux informer les jeunes à travers les réseaux sociaux et les chaînes Youtube pour montrer ce qu’est la vie d’un jeune en apprentissage.

Que propose l’Institut de l’entreprise pour les jeunes en apprentissage ?

On a beaucoup dit et écrit sur l’apprentissage. On sait ce qu'il faut faire, on a beaucoup observé les pays voisins et le programme du gouvernement. L’institut de l’entreprise propose d’expérimenter ce que le gouvernement va mettre en œuvre pour prouver que ça marche : choisir, par exemple, un territoire, une région, de faire le point précis avec nos entreprises adhérentes, avec les pouvoirs publics régionaux également. Il s’agit de bien cibler ce qu’il y a besoin et mettre en œuvre tout ce que la réforme va mettre en place pour montrer qu’on peut doubler rapidement le nombre d’apprentis.

Comment traite-t-on la question de l’apprentissage chez Veolia ?

Veolia est engagée depuis très longtemps - près de vingt ans - et forme l’essentiel de ses nouvelles recrues par l’apprentissage. Nous avons créé des campus de formation en France et à l’étranger. Nous formons chaque année plus de 10 000 apprentis dans ces différents centres de formation et nous les embauchons en CDI. Mais il faut bien comprendre qu’il y a des freins à l’apprentissage aussi pour les entreprises. Le premier, c’est que les formations correspondent à leur besoin, or ils sont souvent éloignés aujourd'hui. Il faut que les entreprises ou les branches professionnelles soient impliquées dans le choix des programmes. 

Antoine Frérot, le PDG de Veolia et président de l\'Institut de l\'Entpreprise, invité de franceinfo, le 24 novembre 2017
Antoine Frérot, le PDG de Veolia et président de l'Institut de l'Entpreprise, invité de franceinfo, le 24 novembre 2017 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)