Alimentation : "L'inflation est inévitable", selon Cécile Beliot, directrice générale de Bel

écouter (8min)

Selon le groupe Bel (La Vache qui rit, Babybel, Boursin, Kiri), "le revenu des agriculteurs est en jeu."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cécile Béliot, directrice générale de Bel, le 17 mai 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Face à l'inflation qui s'accentue, la nouvelle directrice générale de Bel le dit sans détour : "On va forcément vendre nos fromages plus cher". Invitée éco de franceinfo, mardi 17 mai, Cécile Béliot souligne que "tout augmente" : "On fait face à une crise sans précédent."

"La Vache qui rit, donne-t-elle en exemple, c'est quatre ingrédients : du beurre (+70%), du fromage que je fonds (+50%), du lait dont le prix augmente de 10% et des minéraux de lait… Vous voyez, sur un produit aussi simple que La Vache qui rit, à quel point l'inflation est quelque chose d'inévitable, donc la hausse des prix."

L'enjeu, c'est de maintenir l'ensemble de la chaîne (...) Quelle est la valeur de l'alimentation ?

Cécile Beliot, directrice générale du groupe Bel

sur franceinfo

La dirigeante explique que depuis cinq ans, son groupe achète, auprès des éleveurs, le lait à un prix plus élevé que le prix du marché, pour "à la fois aider les fermiers à supporter les coûts de production et à financer une transformation" vers une agriculture plus durable : "On est à 371 euros les mille litres (…) En permanence, on est en discussion avec nos éleveurs."

Après l'interview, le groupe Bel a précisé à franceinfo que le prix d'achat minimum moyen serait finalement, cette année, "de 413 euros pour mille litres, afin de suivre la hausse des coûts pour les éleveurs."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.