Cet article date de plus de huit ans.

Une ligne de fracture se dessine à l'UMP

écouter
La loi sur le mariage pour tous a été promulguée samedi, après des mois de débats, des manifestations parfois violentes. Une loi qui provoque une ligne de fracture au sein l'UMP sur la stratégie à adopter sur le mariage homosexuel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

C'est fini, la loi sur le mariage pour tous a été promulgée samedi, et pourtant l'UMP appelle à manifester dimanche
26 mai. Pour la première fois, le parti de l'opposition va même affréter des
cars pour aller à Paris. Jean-François Copé maintient la pression, le président
de l'UMP promet de modifier la loi sur le mariage pour tous si la droite revient au pouvoir. Mais ça
coince y compris dans son état-major.

Jean-François Copé sous pression ?

Luc Chatel se dit "réservé sur la stratégie de Jean-François
Copé
", le vice-président de l'UMP ne croit pas "qu'on
reviendra en arrière
". NKM est sur
la même ligne, la candidate à la primaire à Paris, s'est abstenue lors du vote,
elle estime qu'il ne sera pas possible d'abroger la loi.

En face, il y a les ultras, dont fait partie Hervé Mariton, véritable
porte-parole des opposants au mariage gay fait pression sur Jean-François Copé pour
qu'il abroge cette loi : "Quand Jean-François Copé dit, réécrire,
cela me va si c'est réécrire avec clarté. Si c'est réécrire pour esquiver cela
ne me va pas. Comme la loi Taubira est une mauvaise loi, il faut la changer.
Cela veut dire porter le projet de contrat d'union civile, abroger le mariage
tel que Mme Taubira l'a introduit.
"

Une stratégie critiquée par le PS

Au Parti socialiste, cette stratégie jusqu'au boutiste est évidemment très
critiquée. Olivier Faure député PS secrétaire national à la communication a déclaré sur
Radio Classique : "C'est une faute de la part des dirigeants de l'UMP
de courir après Frigide Barjot et son mouvement. Considérer que malgré le vote
et la promulgation de la loi on peut continuer à défiler, c'est un défilé qui
sera en réalité contre l'esprit même de la République. Cette loi n'est pas
venue de nulle part, elle n'a pas été imposée par la force.
"

La seconde conférence sociale en préparation

Mercredi, patrons et syndicat se retrouvent à Matignon pour
préparer cette seconde conférence sociale, où seront abordés les retraites et
l'emploi. Jeudi, au cours de sa conférence de presse, François Hollande a dit
que la courbe chômage "peut encore s'inverser d'ici à la fin de
l'année
".

Une promesse de campagne qu'il ne tiendra pas, affirme Nathalie
Arthaud, la porte-parole de Lutte ouvrière sur France Info
 : "Il ne
fait rien contre les licenciements, rien contre les fermetures d'entreprises.
Comment voulez-vous que le chômage recule ? Il faudrait interdire les
licenciements. Moi j'ai été choquée de voir que le gouvernement n'a pas levé le
petit doigt pour s'opposer à la décision de la famille Peugeot de fermer la
dernière grande usine.
"

Les municipales de Paris se précisent

Les candidats sont dans les startings blocks et le MoDem
veut occuper l'espace laissé au centre par Jean-Louis Borloo. Le président de
l'UDI ne se présente pas et cela donne de l'appétit au parti de François
Bayrou. Marielle de Sarnez sera candidate pour le MoDem, elle l'annoncera officiellement
en juin. Elle n'exclut pas des listes communes UDI/Modem : "J'ai envie de
défendre l'attitude non partisane. Je suis ouverte à des rassemblements et en
particulier à ceux du centre. Je trouve que cela aurait du sens que les centres
puissent se retrouver pour peser, proposer quelque chose de différent aux
Parisiens.
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.