L'info politique - le 9h10, France info

Toujours des réactions après la nomination de Valls

Les invités politiques réagissement au remaniement ce mardi matin. On a même eu droit à quelques coulisses, comme si on y était.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Pascal Canfin, ministre écolo sortant avec Cécile Duflot, a
raconté ce matin sur France Inter les enchères de Manuel Valls avec Cécile
Duflot pour lui proposer de rester au gouvernement. "On a proposé à Cécile
Duflot la place de numéro deux du gouvernement, mais sans changer la ligne
politique. Donc nous aurions eu des responsabilités, des postes, mais pas de possibilités
d'agir vraiment, comme nous l'entendrions sur la ligne politique. C'est un
choix extrêmement fort, c'est un choix dont nous sommes fiers
".

La réponse de Bruno Le Roux à Cécile Duflot

Pascal Canfin est persuadé que les écologistes ne rentreront
pas au gouvernement. Il renvoie déjà, s'il y a des débauchages d'écologistes d'ici
demain pour le gouvernement, au conseil fédéral d'EELV de samedi pour d'éventuelles
exclusions. En attendant, voici déjà la réponse à Cécile Duflot du patron des députés
socialistes, Bruno Le Roux, sur RTL : "Cécile Duflot sait que ce qui
va être mis en œuvre par le Premier ministre, Manuel Valls, c'est la feuille de
route du président de la République. De ce point de vue là, il ne faut pas
entretenir de mauvais films. Et les idées de Manuel Valls sont souvent des
idées qui parlent clair aux Français
."

"Si M. Valls a compris ce que le président de la
République attendait de lui, il a bien de la chance. Moi je n'ai toujours pas
compris" (Henri Guaino)

A droite, le nouveau Premier ministre ne laisse pas
indifférent. Mais le chef reste François Hollande, c'est ça le problème pour
Henri Guaino. "Il y a un certain nombre d'idées avancées par M. Valls que
je partage. Simplement, je n'ai pas entendu le président de la République expliquer
qu'il allait revenir sur les 35 heures. M. Valls ne va pas appliquer son
programme, il va appliquer le programme de M. Hollande. La seule chose qui
compte, c'est de savoir ce qu'est le programme de M. Hollande. Et si M. Valls a
compris ce que le président de la République attendait de lui, il a bien de la
chance. Moi je n'ai toujours pas compris
", a déclaré le député UMP sur France
Info
.

Jean-Luc Mélenchon parle d'une "aggravation de virage à
droite
"

Jean-Luc Mélenchon était également invité sur nos antennes. Pour
lui, Manuel Valls est le pire signal que pouvait envoyer François Hollande. "On
peut avoir des gens de droite qui apprécient tel ou tel ministre de gauche, mais
ils sont de droite et à la fin ils votent à droite. Par conséquent, il ne faut
pas attendre qu'on les trompe ou qu'on les séduise par ce moyen là. Ils
renoncent donc à convaincre que la direction pour la société, c'est la gauche. Et
il fait le choix d'une aggravation de son virage à droite en choisissant le
personnage le plus caricatural.
"

Arnaud de Montebourg et François Rebsamen défendent Manuel
Valls

Le ministre sortant Arnaud de Montebourg a quant à lui pris
la défense de Manuel Valls sur France Inter  : "D'abord, Manuel Valls
est très populaire dans l'électorat de gauche. Il ne faut pas le nier et nous
devrions tous l'entendre. Son travail au ministère de l'Intérieur est un
travail sérieux et il a des résultats. Je crois maintenant que c'est à lui de rassembler
sur des orientations politiques. Et j'ai compris que les inflexions qui avaient
été décidées par le président de la République, dans les choix fondamentaux qui
engagent notre pays, étaient sa feuille de route.
"

Autre défenseur du nouveau Premier ministre, le patron des sénateurs
socialistes. François Rebsamen, pressenti pour remplacer Manuel Valls à l'Intérieur,
s'est exprimé sur nos antennes : "A ce moment, c'est lui qui avait la
meilleure situation pour être nommé
."  

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)