Cet article date de plus de huit ans.

Retraites : l'UDI dénonce un "gouvernement des hypocrites"

écouter
La réforme des retraites sera engagée à l'automne prochain, François Hollande l'a annoncé jeudi dernier sur France 2. Le président a confirmé que la durée de cotisation allait devoir augmenter. Toutefois, l'âge légal de départ sera maintenu à 62 ans, a précisé hier dans le JDD le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Une "hypocrisie", selon le porte-parole
de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, invité de Radio Classique ce lundi matin : "Au
lieu de dire les choses franchement avant l'élection, ils manifestaient avec
Bernard Thibault [ex-secrétaire général de la CGT] et Jean-Claude Mailly
[secrétaire général de Force Ouvrière], qui aujourd'hui font partie de ces
millions de Français qui sont les cocus du 6 mai. On essaie de faire passer ce
revirement pour quelque chose d'anodin.
"

Jean-Christophe Lagarde, qui pose ses conditions dans un
autre dossier : le projet de loi de sécurisation de l'emploi, fruit de l'accord
signé par les partenaires sociaux et soumis demain aux députés. L'UDI
conditionne son vote à l'abandon d'une disposition : la durée minimale de 24h
pour le travail à temps partiel, qui va selon Jean-Christophe Lagarde
"ravager encore plus le secteur des services à la personne. Six millions de
Français sont concernés
".

Le droit d'amendement de l'aile gauche du PS

De leur côté, les députés de l'aile gauche du PS espèrent
bien faire valoir leur droit d'amendement, alors que l'exécutif veut en rester
à une transcription fidèle de l'accord entre patrons et syndicats. La
discussion du projet de loi s'annonce donc animée. Le député socialiste de
l'Essonne, Jérôme Guedj, entend l'examiner "stylo à la main, article par
article
", et s'en explique sur Europe 1 : "On me parle d'un équilibre
global du texte, mais il faut prendre ses articles un par un. Il y a des
mesures qui permettent de renforcer la protection des salariés, sur le temps
partiel ou l'accès à la mutuelle. Mais après il y a d'autres articles, sur la
mobilité géographique, le délai de prescription... Tous ceux qui pratiquent le
droit du travail sont bien conscients qu'il faut aller au bout du débat
parlementaire. J'ai bon espoir que nos amendements soient retenus par le
gouvernement
".

Pique d'Arnaud Montebourg contre Jean-Marc Ayrault

Egalement très commentée, cette pique d'Arnaud Montebourg
contre Jean-Marc Ayrault : "Tu gères la France comme le conseil municipal
de Nantes !
", a lancé le ministre du Redressement productif au Premier
ministre, en plein psychodrame Florange en décembre 2012.

Propos confirmés
hier par Jean-Marc Ayrault.: "Ce qu'il y a de bien à gauche, c'est que ce
n'est pas le caporalisme
", réagit sans rire Jérôme Guedj. "Je trouve
plutôt sain qu'il y ait débat, (y compris) à l'intérieur de l'exécutif, car la
gauche au pouvoir crève de conformisme, elle crève d'une pensée unique. Il y a
50 nuances de socialisme, ça peut être une bonne manière d'appréhender les
choses
".

Réaction toute différente de la députée PS des Hautes-Alpes
Karine Berger sur iTélé : "Parfois le gouvernement me fait penser à un
poulpe, il y a quelques pattes qui commencent à dépasser... revenons à un
poisson bien fermé, ça sera beaucoup plus simple, surtout pour un premier avril
!
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.