Cet article date de plus de huit ans.

Réactions unanimes sur Closer, divergentes sur Dieudonné

écouter
Les invités politiques des matinales de ce vendredi condamnent Closer et sa Une sur la liason supposée entre François Hollande et une actrice. Mais ils sont loin d'être unanimes sur l'interdiction du spectacle nantais de Dieudonné.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Frédéric Cuvillier, ministre délégué chargé des Transports et de l'Economie martime, s'est exprimé
au micro de RTL  : "Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'une forme de
journalisme. (...) En quoi je vais perdre mon temps à commenter ce type d'information,
si tant est qu'on puisse la qualifier de la sorte. "

Invitée d'iTélé , Marine Le Pen, présidente du Front national, 
condamne cette atteinte à la vie privée du président de la
République : "Toute atteinte à la vie privée me choque. Il y a une
décision que j'ai trouvée très critiquable de la Cour d'appel, il y a quelques
jours, qui révélait l'homosexualité d'un dirigeant du FN. (...) Les personnages publics
sont des personnages publics certes. Mais à partir du moment où ça n'a aucune
influence sur leur activité politique, il n'y a aucune raison pour que des
médias se permettent de révéler la vie privée
."

Bonne ou mauvaise décision ?

Pas un jour de la semaine sans parler de Dieudonné. Manuel
Valls assume totalement d'interdire un spectacle a priori. Le ministre de l'Intérieur
s'en est justifié sur BFMTV ce matin. "C'est vrai que c'est nouveau. Et d'une
certaine manière, je m'en félicite. C'est pour ça que nous sommes un grand
pays. A partir du moment où il y a eu ces mots abjectes (...) il fallait agir et
dire stop. Nous ne pouvons pas accepter dans ce pays que ces paroles
antisémites, que ces paroles racistes se diffusent.
"

Manuel Valls a le soutien de Bruno Le Roux. Invité ce
vendredi matin de France Info
, le président du groupe socialiste à l'Assemblée
nationale n'est pas d'accord avec la Ligue des Droits de l'Homme qui parle d'atteinte
aux libertés. "Il y a des moments dans l'histoire de notre pays où on a
essayé d'empêcher de parler ceux qui émettaient des idées, qui étaient
contraires à un système, ceux qui faisaient de la politique. Là, en l'occurrence,
il s'agit de condamner du racisme, de condamner de la xénophobie, de condamner
ce qui est un délit.
"

"C'est une décision lamentable, fausse sur le fond" (Besancenot)

Olivier Besancenot n'est pas du tout de cet avis. Pour le
porte-parole du NPA, ces interdictions sont contestables sur le plan juridique
et sur le plan politique. "C'est une décision lamentable, d'abord parce qu'elle
est fausse sur le fond. Il y a visiblement des problèmes de droit et ça sera
lourd de conséquences du point de vue de la liberté d'expression. Et c'est
surtout super inefficace parce que la Valls qui voulait vider les salles de
Dieudonné... Consciemment ou inconsciemment, il est devenu le plus grand
publicitaire de Dieudonné parce que je pense qu'il n'a jamais eu autant de
public
.", a déclaré le politique sur France 2 .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.