L'info politique - le 9h10, France info

Le référendum suisse fait réagir la classe politique française

Nos voisins helvètes ont dit oui à une limitation de l'immigration et non à la libre circulation européenne. La votation suisse fait beaucoup parler ce matin. Un résultat préoccupant pour le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius et qui aura des conséquences.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

"Il y a depuis 1999 des accords avec la Suisse, qui portent notamment sur la libre circulation des travailleurs et d'autres éléments, et il y a une clause dite de guillotine qui fait que si l'un des éléments est mis en cause tout tombe. Cela veut dire qu'il va falloir tout renégocier et que l'on va revoir nos relations avec la Suisse. "

Laurent Fabius invité de RTL.

Pendant ce temps le Front national se réjouit de ce résultat, Florian Philippot, le vice-président du FN sur RFI : "Je trouve cela extrêmement sain qu'on laisse le peuple s'exprimer directement face à toute la caste qui était favorable à la non maîtrise de l'immigration et à la non maîtrise des frontières. Le peuple suisse en a décidé autrement, quant aux travailleurs frontaliers français, ils bénéficieront eux aussi du système de quotas et cela nous rappelle aussi l'urgence et la nécessité de créer de l'emploi en France. "

Il est sain de laisser le peuple s'exprimer directement, dit donc Florian Philippot. Attention de ne pas se tromper de combat, lui répond Rama Yade, la vice-présidente de l'UDI, sur France 2.

"Les Suisses se sont tirés une balle dans le pied. C'est un pays de huit millions d'habitants avec un taux de chômage de 3%, donc qui vit largement de l'immigration économique et notamment de l'immigration européenne. Comme quoi, on est toujours l'immigré de quelqu'un. Deux cents mille Français qui travaillent en Suisse vont se retrouver sur le carreau. Le Front national devrait avoir honte, car ils se sont félicités de ce référendum qui va priver des centaines de milliers de Français de leur emploi. "

Les relations franco-américaines

Elles sont au beau fixe si l'on en croit leurs dirigeants. Trois jours de visite d'Etat pour François Hollande, le plus haut niveau protocolaire pour un déplacement à l'étranger. Un petit tour à bord d'Air Force One et une tribune commune dans le Monde et le Washington Post pour présenter le partenariat entre les deux pays comme un "modèle". Bref, une relation au beau fixe pour le président de l'Assemblée nationale. Les Américains ouvrent les yeux selon Claude Bartolone.

"Je me rends compte, quand je les reçois à l'Assemblée nationale, comme les Américains sont émerveillés de la manière dont nos troupes sont intervenues au Mali, ils comprennent ce qui se passe en Afrique et je pense qu'ils se rendent compte aussi de ce que peur être la puissance de la France. "

La sortie de Jean-François Copé fait réagir

Marisol Touraine, invitée de France Info, réagit aux propos du président de l'UMP. Jean-François Copé a affirmé qu'un livre intitulé Tous à Poil  était recommandé aux enseignants pour les classes de primaire.

"Quel est l'objectif de Monsieur Copé. D'agiter, de diviser ? Je ne comprends pas bien en quoi agiter l'épouvantail d'un livre qui montre ce que sont les différences entre les garçons et les filles pose comme difficulté. Cela n'est pas en surfant sur les inquiétudes et les tensions qui peuvent exister que la droite clarifiera sa position. "

Les propos de Jean-François Copé sont doublement démentis ce matin. Démenti du principal syndicat du primaire et démenti aussi par Claire Franek, co-auteur du livre, jointe par France Info.

(©)