Cet article date de plus de neuf ans.

Le mariage gay, la stratégie du Front de gauche et la croissance

écouter
Le débat sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels s'est lancé à l'Assemblée nationale après la présentation du projet de loi en Conseil des ministres. Le Front de gauche est-il dans l'opposition ? Question posée après un nouveau vote négatif des sénateurs cette nuit, qui se sont associés à l'UMP et au centre pour rejeter la loi de programmation budgétaire. La France maintient ses prévisions de croissance malgré la vision pessimiste de la Commission européenne.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le débat sur la mariage et l'adoption pour les couples homosexuels a déjà commencé dans les couloirs du Parlement, alors que le projet de loi a été présenté en Conseil des ministres ce mercredi. Des appels à manifester contre ont également été lancés et les opposants demandent un débat public, voire un referendum. Pas question répond la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur France Inter : "La constitution ne le prévoit pas. Est-ce que nous sommes bien dans un Etat de droit où nous respectons la loi fondamentale, ainsi que les lois qui sont adoptées par le Parlement ? Le Parlement est composé de députés élus au suffrage universel direct et de sénateurs élus au suffrage universel indirect. Donc il y a des règles, ce ne sont pas des usages, ce sont des règles qui s'imposent à tous ".


Le Front de gauche dans l'opposition ?*

Le groupe Front de gauche au Sénat, qui comprend notamment les sénateurs communistes, a voté contre la loi de programmation budgétaire, qui définit les grandes orientations du quinquénnat en matière de budget. Il a rejoint là-dessus l'UMP et les centristes et le sénat a donc rejeté le texte. C'est la seconde fois, après la loi sur les tarifs de l'énergie la semaine dernière. Et pour l'ancienne ministre communiste Marie-Georges Buffet, interrogée sur LCI, c'est une question de cohérence : "C'est pas une question d'être dans l'opposition, la question c'est d'être fidèles aux porpositions que nous avons défendues pendant les campagnes électorales des présidentielles et des législatives. Des propositions qui visent à ce que la gauche fasse une politique de gauche. Or le gouvernement Ayrault multiplie les tests qui vont à l'inverse des aspirations populaires ".

Un vote qui n'inquiète pas outre mesure le ministre du Travail, Michel Sapin, qui s'exprimait ce matin sur notre antenne : "Il y a une très forte majorité à l'Assemblée nationale pour adopter les textes. Il n'empêche, nous devons, à l'Assemblée comme au Sénat, en tant que membre du gouvernement persuader, persuader, persuader toujours. Et si un moment donné, il y a la conjonction des contraires, on en fait son affaire à l'Assemblée ".

Et Jean-Marc Ayrault doit reçevoir une délégation de parlementaires communistes ce jeudi en fin d'après-midi.

La France maintient ses prévisions de croissance, malgré la Commission

Le gouvernement table en effet sur une croissance de 0,8% en 2013 pour atteindre son objectif de réduction du déficit à 3%. Mais la Commission européenne a estimé hier que cette croissance serait plutôt de 0,4%. Sur Europe 1, le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a pris ces distances avec ces prévisions : "Je constate que par le passé, ladite Commission n'avait pas vu venir les crises, quand d'aucuns peut-être les annonçaient et la même Commission n'avait pas vu les reprises quand d'aucun les prévoyaient ". Et le gouvernement a donc décidé de maintenir ses prévisions de croissance.

***François Fillon à nouveau hospitalisé


L'ancien Premier ministre a dû être hospitalisé pour un calcul rénal à l'hôpital du Val de Grâce. En début de campagne pour la présidence de l'UMP, cet été, il s'était cassé la cheville après un accident de scooter. Après avoir annulé une réunion publique à Montluçon, il pévoit de reprendre son programme ce week-end.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.