Cet article date de plus de huit ans.

Le gouvernement pas prêt à assumer la hausse des tarifs de l'electricité

écouter (5min)
Notre panorama de l'actualité politique de ce mercredi matin vue à travers les invités des matinales des radios et des télévisions nous amène à revenir sur la hausse des tarifs de l'électricité, l'inquiétude autour d'un logiciel de prescriptions médicales et la réaction des écolos au plan d'investissements d'avenir.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Tarifs de l'électricité :

Sur RTL, le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, s'explique sur la hausse des tarifs de l'électricité : 5% cette année, 5% l'an prochain. Pas de quoi faire grimper la cote d'amour du gouvernement. On y était obligés, explique Bernard Cazeneuve : "Au cours des dernières années, les mesures n'ont pas été prises - je parle du gouvernement précédent - concernant la mobilisation de sommes nécessaires pour des investissements indispensables pour la sécurité de notre approvisionnement énergétique. Les précautions n'ont pas été prises concernant les centrales nucléaires en fin de vie par exemple. Et c'est ce retard qu'il faut aujourd'hui étaler dans le temps ".

Un bug informatique dans les prescriptions médicales ?

C'est une information révélée ce matin par Le Parisien : un bug informatique dans un logiciel de prescription médicale aurait provoqué la mort d'une patiente. Et sur Europe 1 la ministre de la Santé, Marisol Touraine, assure qu'il y aura une enquête. En attendant, elle appelle au calme et assure que les mesures nécessaires seront prises : "Si des logiciels ont dysfonctionnés, ils seront retirés. Le logiciel d'aide à la prescription ne peut pas se substituer à la prescription personnalisée par le médecin et je ne voudrais pas qu'à travers cette affaire, on jette une fois de plus un soupçon généralisé sur la manière dont les patients sont accueillis dans les hôpitaux, où un travail très remarquable se fait ".

Les écolos mitigés sur le plan d'investissements d'avenir :

La moitié des 12 milliards seront directement ou indirectement consacrés à des investissements écolos annonce le Premier ministre. Mais l'ex-ministre de l'écologie Delphine Batho critique ces mesures insuffisantes selon elle pour assurer la transition énergétique. Des critiques un peu sévères tempère le secrétaire national d'Europe écologie les Verts, Pascal Durand, sur France Info : "J'allais dire qu'elle est atteinte du syndrôme historique des Verts. Elle est déçue, c'est une personne qui a été blessée et moi je respecte sa colère. J'ai salué son cri de révolte. Je dis simplement qu'il faut trouver des équilibres. Ce qui a été trouvé hier est un bon signal. Il en faut d'autres, surtout sur le budget de l'écologie. Nous attendons des avancées là-dessus ".

Mais les écolos ne portent pas tous un regard positif sur ces mesures. Ainsi, pour le santeur Jean-Vincent Placé sur France Inter, Delphine Batho est dans le vrai : "Est-ce que c'est 50%, est-ce que c'est 33% ? C'est le verre à moitié plein, le verre à moitié vide. C'est bien que Cécile Duflot soit solidaire du Premier ministre. Mais moi je me retrouve plutôt dans les propos de Delphine Batho. Ce matin je suis plutôt Batho que Duflot ".

Et il laisse planer la menace de ne pas voter le budget 2014 si celui du ministère de l'Ecologie n'est pas augmenté de 3% au lieu d'être diminué de 7%.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.