L'info politique - le 9h10, France info

Le chef de l'Etat parle-t-il trop?

Au cœur de l'actualité politique de ce début de semaine, la visite de François Hollande à Dijon. Pendant deux jours, le président de la République va tenter de répondre aux doutes des Français.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Il y a une attente assez forte de mise en cohérence de l'ensemble
des mesures qui ont été prises. A travers cette pédagogie des mesures il y a la
confiance. Il y a plus d'attente, de besoin d'explication qu'un sentiment de
rejet
", explique le sénateur-maire de Dijon François Rebsamen.

François Rebsamen sur Europe 1 explique donc assez
clairement que tout cela est fait pour faire remonter les très mauvaises cotes de
popularité du président de la République. Un François Hollande qui parle trop et
qui n'écoute pas forcément assez. C'est le constat établi par le socialiste
rebelle Jean-Christophe Cambadélis sur Canal + :

François Hollande parle sans relâche, parfois on peut même
dire qu'il parle de trop. C'est un mode de liaison avec les Français, pour dire
je suis toujours en relation avec vous. Aujourd'hui il va prendre le pouls de
la France profonde et répondre à un certain nombre de questions.

L'objectif de l'opération Dijon, c'est donc de redonner de
l'espoir, ôter le doute chez les Français. Tous les ministres invités ce matin
s'y sont essayés. Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, sur RTL a récusé
toute politique d'austérité : "Notre perspective à nous ce n'est pas
l'austérité, c'est la croissance, c'est l'emploi. C'est une politique qui ne
fera pas de plan de rigueur supplémentaire en plus en 2013. 
"

Pas d'austérité, pas de rigueur, des mensonges pour le
président de l'UMP, Jean-François Copé, invité ce matin de France Inter.

Il
ne faut pas mentir aux Français, on n'est pas en train de réduire les dépenses.
En réalité, on est en train d'essayer de financer par tous les bouts de
promesses électorales que l'on ne peut pas tenir.

Pour l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner,
François Hollande n'avait pas dit la vérité aux français pendant la campagne
électorale et il le paye aujourd'hui. "Bon courage pour la reconquête. Ce
n'est pas en étant deux jours à Dijon que cela se passera. La politique
pratiqué par François Hollande n'est pas très différente de celle de Nicolas
Sarkozy avec des tempéraments complètements différents.
"

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)