Cet article date de plus de huit ans.

Arnaud Montebourg et Petroplus; débat sur le mariage pour tous et comité politique à l'UMP

écouter (5min)
Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a annoncé que l'Etat était prêt à prendre une participation minoritaire au capital de la raffinerie Petroplus. Le patron des députés UMP, Christian Jacob, est revenu sur son altercation avec Christiane Taubira à l'Assemblée nationale. Et l'UMP devrait annoncer la couleur de sa ligne politique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

L'Etat futur actionnaire minoritaire de Petroplus ?

Le ministre du Redressement productif a-t-il lancé une véritable annonce sur RTL, ou s'est-il avancé seul une nouvelle fois ? Arnaud Montebourg a ouvert une porte dans le dossier de la raffinerie Petroplus, à Petit-Couronne. Selon lui, l'Etat est prêt à mettre la main au portefeuille : "Nous préférons conserver nos capacités de raffinage, plutôt que d'importer du pétrole raffiné. C'est une raffinerie qui perd de l'argent. Donc l'investisseur investira certainement aux côtés de l'Etat car nous sommes disponibles pour accompagner un offreur, de façon minoritaire car il faut des capitaux très importants pour rendre cette raffinerie performante ".

Pour les salariés, cette annonce est un dernier espoir, car la justice a laissé jusqu'à ce mardi soir à 17h à un éventuel repreneur pour se manifester. Cette annonce n'a pas été confirmée.

De nombreux dossiers, tous très sensibles, sont sur la table du ministre : Goodyear, Renault, PSA. Il a de nouveau blâmé la direction de la marque au lion, estimant que ses erreurs ont rendu la fermeture du site d'Aulnay inévitable, mais que l'Etat faisait le maximum pour atténuer les effets sur l'emploi : "On est obligé de prendre des mesures de redressement. Nous n'avons pas trouvé d'autre solution. Néanmoins, nous avons demandé un reformatage du plan c'est à dire une réduction du nombre de personnes qui risquent de perdre leur travail. Nous avons demandé à entrer au conseil d'administration à travers Louis Gallois ".

Altercation autour du mariage homosexuel

Le débat-marathon sur le mariage pour tous se poursuit à l'Assemblée nationale. Il a donné lieu à une altercation entre la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, et le patron des députés UMP, Christian Jacob. Sur France Inter, ce dernier attribue ces débordements à la fatigue : "Je crois qu'on est en train de siéger dans des conditions qui peuvent être intéressantes sur le plan de la performance physique mais qui ne sont pas sérieuses sur le travail. Dimanche on a siégé pendant 22h30. On ne légifère pas dans de bonnes conditions dans ce cadre-là ".

Véritable débat dans le débat, la question de la PMA, qui ne figure pas dans le texte actuellement en discussion, revient sans cesse. D'autant que les atermoiements gouvernementaux relancent le débat. Sur notre antenne, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, reconnaît que le gouvernement n'a pas toujours su se rendre clair : "Ce serait mentir que de vous dire que la communication a youjours été parfaite en la matière. Mais en même temps, on parle d'un sujet qui n'est pas simple. Si ça avait été simple, ça fait longtemps qu'on l'aurait adopté dans nos textes ".

Nouveau comité à l'UMP

L'UMP tient ce mardi son premier comité politique sous la houlette de la nouvelle direction. Une ligne politique pour le parti devrait en sortir, tandis que certains, comme Christian Estrosi sur Radio Classique, regrettent toujours le calendrier qui a été choisi pour les élections : "Nous avons de belles communes de plus de 30.000 habitants à conquérir et qui sont à portée de nos mains. Malheureusement, nous seront un peu pollués par une nouvelle campagne électorale interne jusqu'en septembre. Je veux cette élection interne, qu'on ne me fasse pas dire le contraire. Mais en même temps, je l'ai dit à François Fillon et à Jean-François Copé : vous définissez une date trop tardive ".

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.