Cet article date de plus de neuf ans.

Les cinq innocents de Central Park

écouter
En 1989, cinq adolescents new-yorkais ont été condamnés pour un viol commis à Central Park. La police a obtenu leurs aveux alors que les jeunes gens étaient innocents. Disculpés en 2001, ils demandent aujourd'hui réparation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Cette affaire dure depuis 24 ans. Le point de départ est un viol particulièrement barbare. Dans Le Nouvel Observateur, Philippe Boulet Gercourt raconte toute l'histoire. Nous sommes le 20 avril 1989, à New York. C'est une belle soirée de printemps. Une jeune banquière fait son jogging dans les allées de Central Park. Soudain, elle disparaît dans les fourrés. La police la retrouve quelques heures plus tard, attachée, presque vidée de son sang. La jeune femme a été violée.

Très vite, cinq adolescents sont arrêtés. Il ont quatorze ans, quinze ans. Ils viennent de Harlem. En quelques heures, ils deviennent les coupables idéaux. Pourquoi ? Simplement parce qu'ils étaient dans le parc, à la même heure. Contre eux, les policiers n'ont aucun élément. Mais les adolescents ne connaissent rien au système judiciaire. L'un d'eux est hispanique, les quatre autres sont noirs. A la fin des années 1980, à New York, les tensions raciales sont à leur comble. Des politiques blancs se déchaînent contre ces jeunes. Ils en font des symboles du crime dans les rues de la ville.  Sous la pression des enquêteurs, les cinq adolescents avouent le viol de la joggeuse.

Quand ils veulent faire marche arrière, c'est trop tard. L'engrenage s'est mis en route. Les cinq adolescents sont condamnés. Entre six ans et treize ans de prison pour un crime qu'ils n'ont pas commis... L'enquête s'est déroulée de manière scandaleuse. Un seul exemple : un laboratoire a réussi à analyser une trace de sperme prélevée sur la victime. On compare cette trace avec l'ADN des cinq condamnés. Le résultat est formel : aucun d'entre eux ne peut être le violeur. Cette découverte devrait tout remettre en cause. Mais rien n'arrête pas les procureurs. Ils estiment qu'ils ont trouvé les coupables.

Les cinq adolescents passent de longues années derrière les barreaux. Jusqu'en 2001, lorsqu'un criminel, en prison, finit par avouer le viol de la joggeuse. Il a déjà un long passé de délinquant Il est connu pour sa brutalité ; il est même surnommé le "tailladeur de l'East End". Quand il avoue son crime, un des cinq condamnés de Central Park est encore en prison. Le jeune homme est aussitôt libéré.

Aujourd'hui, les cinq adolescents sont devenus des hommes. Ils ont refait leur vie. Mais leur jeunesse a été brisée. En prison, ils ont été martyrisés. Vingt quatre ans après, les cinq innocents veulent donc être indemnisés. Ils réclament plusieurs millions de dollars.

La ville de New York pourrait faire un geste, reconnaître les erreurs de l'enquête. Elle refuse. Dans le Nouvel Observateur, Philippe Boulet-Gercourt explique même que certains détectives restent persuadés que les cinq jeunes gens sont coupables. Cinq innocents face à la machine policière et judiciaire. L'affaire devrait être jugée au début de l'an prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.