Cet article date de plus de huit ans.

Lénine serait mort d'une anomalie génétique

écouter (2min)
Des médecins ont repris le rapport d'autopsie du père de la révolution russe. Près de 90 ans après sa mort, ils sont convaincus que Lénine est mort à cause d'une maladie génétique, impossible à détecter en 1924.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Ces trois
médecins-détectives ont étudié le rapport d'autopsie de Vladimir Ilitch
Oulianov. Mais ils l'ont fait avec leurs connaissances de 2013 et ils
aboutissent à des résultats totalement nouveaux. Sur le blog Passeur de
sciences
,
Pierre Barthélémy donne tous les détails.
Quand Lenine meurt, le 21
janvier 1924, il a seulement 53 ans. Pourtant, son corps est très abîmé. Le
père de la révolution a subi trois accidents vasculaires cérébraux qui l'ont
affaibli. A la fin, Lénine était à moitié paralysé ; il se déplaçait en
fauteuil roulant ; il ne pouvait plus parler. En 1924, quand les médecins
autopsient le fondateur de l'URSS, ils découvrent que son cerveau est en ruine.
C'est logique. Les AVC ont provoqué une athérosclérose des artères cérébrales.
Ces artères sont presque bouchées. Elles ne laissent plus passer le sang. Les
vaisseaux sanguins du cerveau de Lénine se sont pétrifiés.

Les spécialistes essaient
d'aller plus loin. Ils cherchent des facteurs de risque. Ils n'en trouvent pas.
Lénine avait une bonne hygiène de vie. Il ne fumait pas, il faisait de
l'exercice, il buvait modérément, il n'était pas obèse. Il faut donc chercher
ailleurs.  Des experts avancent alors une
hypothèse : Lénine serait mort de la syphillis. Cette maladie sexuellement
transmissible aurait provoqué des troubles neurologiques très graves qui
auraient fini par tuer le révolutionnaire.

Sur le blog Passeur de sciences,
Pierre Barthélémy explique d'ailleurs qu'en 2004, une équipe israélienne est
arrivée à la même conclusion, mais sans trouver de preuve définitive.
Le mystère est donc resté
entier, jusqu'à cette nouvelle étude publiée dans la revue Human Pathology.
Une équipe russo-américaine a repris le rapport d'autopsie. Que dit-elle ?
D'abord, elle écarte la thèse de la syphillis. Ensuite, elle se penche sur les
antécédents familiaux de Vladimir Ilitch. Ces médecins découvrent que le père
de Lénine, Ilia Oulianov, est mort presque au même âge, comme lui d'une attaque
cérébrale, et, comme lui encore, après de graves problèmes neurologiques. Les
spécialistes se penchent aussi sur les frères et soeurs du révolutionnaire. Ils
apprennent que trois d'entre eux ont succombé à des maladies cardiovasculaires.

A ce moment là, ils font le
lien avec une découverte récente. En 2011, une étude a montré qu'une anomalie
génétique pouvait provoquer des calcifications artérielles massives. Pour cette
nouvelle équipe de chercheurs, la clé est là : la famille de Lénine a sans
doute souffert de cette anomalie génétique. Pour en avoir le coeur net, il
faudrait effectuer des analyses sur le cerveau du dirigeant russe. Mais d'après
Pierre Barthélémy, même si les chercheurs demandent l'autorisation de le faire,
ils ont peu de chance de l'obtenir. Depuis des décennies, le cerveau de Lénine
est conservé à Moscou, à l'institut du cerveau. Il a déjà été transformé en
millier de tranches, comme un carpaccio. Il n'est plus question d'y toucher.
Pour certains, ce cerveau est une relique.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.