L'histoire du jour, France info

Bernard Dargols, 92 ans : les souvenirs d'un ancien GI

Il y a 68 ans exactement, les Alliés s'apprêtaient à débarquer sur les plages de Normandie. Parmi eux, un jeune GI... français. De Paris à l'armée américaine, son parcours est hors du commun.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

En 1938, Bernard Dargols a 18 ans. Il est étudiant à Paris. Sa famille l'envoie en stage aux Etats-Unis. Le jeune Français découvre New-York. Il est enthousiaste. C'est là qu'il apprend le déclenchement de la guerre et le début de l'occupation. Bernard Dargols est inquiet pour son pays et aussi pour sa famille, menacée par les lois antisémites. Le jeune homme est loin de Paris mais il veut participer à la libération de la France. Il hésite : doit-il rejoindre de Gaulle ? Ou s'engager ici, au sein de l'armée américaine ? Finalement, il fait ce choix. Il devient un GI, presque comme les autres.

En décembre 1941, les Etats-Unis entrent en guerre. Bernard Dargols apprend à marcher au pas, à manier le fusil. Mais rapidement, l'armée voit tout l'intérêt qu'elle peut tirer de cette nouvelle recrue. Le jeune homme parle français, et il connait son pays. Il est donc affecté au renseignement militaire. Un entrainement à part, dans un lieu secret baptisé Camp Ritchie, près de Washington. Il apprend par coeur des informations indispensables : la composition exacte d'une Panzerdivision, le nombre de chars, les quantités de canons. Après le débarquement, en France, quand il ira interroger des civils, en secret, dans des villages encore occupés parfois, il devra utiliser tous ces éléments pour préparer l'avancée des alliés.

En 1943, Bernard Dargols fait un choix important. Il prend la nationalité américaine. Il a compris que si les Allemands, en France, l'arrêtent et découvrent qu'il est français, il le traiteront comme un espion. En revanche, si le jeune homme est citoyen américain, il sera considéré comme n'importe quel autre soldat des Etats-Unis. C'est très dangereux aussi, mais c'est quand même moins risqué.

En 1944, l'unité de Bernard Dargols est prête. Elle patiente au Pays de Galles. Le jeune Français donne des cours aux autres Gi'S. Il leur explique ce qui les attend de l'autre côté de la Manche. L'état d'esprit de la population, après quatre années d'occupation, le rationnement. Les soldats ont aussi des préoccupations très concrètes. Ils veulent savoir si les Françaises sont aussi jolies qu'on le dit.  

Arrive le 5 juin 1944, il y a 68 ans jour pour jour. Bernard Dargols monte à bord d'un bateau pour la France. Direction, Saint-Laurent-sur-Mer. La plage aura bientôt un autre nom : Omaha Beach.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)