L'expérience Vendée Globe, France info

L'expérience Vendée Globe : Semaine 4

Seize micros embarqués à bord de "LinkedOut", le bateau de Thomas Ruyant. Une installation de l'artiste Molécule qui offre une première mondiale : raconter le tour du monde à voile par l'audio. À vivre tous les jours de la course sur franceinfo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Thomas Ruyant à bord de Linkedout.
Thomas Ruyant à bord de Linkedout. (PIERRE BOURAS / TR RACING)

Latitude 40°35 Sud Longitude 28°17'Est à 2000 kilomètres au sud de l'Ile Maurice. Température de l’air : 15 degrés, l’eau est à 14 et la mer forme des creux de quatre mètres.

Samantha Davis a cru mourir, Sébastien Simon pleure. Les deux skippers ont heurté un objet flottant non identifié et ont abandonné la course. Louis Burton dans le trio de tête a perdu la cadence qu’il menait depuis plusieurs jours à cause de problèmes électroniques, de voiles, et des problèmes mineurs en cascades. Le navigateur éprouvé dit avoir pensé à l’abandon. Un week-end très rude et les jours à venir le seront tout autant.

Le problème, "ce n’est pas le vent, dit Thomas Ruyant, c’est la mer". Un champ de bosses, concèdent, à l’unisson, les marins et cette expérience Vendée Globe du jour nous fait vivre la sensation. Les micros de Molécule entendent des centaines de litres d’eau s’abattrent sur le cockpit de Linkedout en permanence. La vie à bord est compliquée, mouvementée, il est difficile de se mouvoir et il n’y a pas un moment de répit.

D’autant qu’à l’avant, les conditions ne sont pas clémentes et que le mot "certitude" a disparu du vocabulaire. Les certitudes sont moins prégnantes dans l’esprit des skippers. Le ciel est lourd, la mer démontée et le front en rouge foncé  se dessine sur les cartes météo. Des rafales de 45 nœuds de moyenne et des creux de 7 mètres 50. Au PC course, Sébastien Josse évoque les options Charles Dalin et Thomas Ruyant : "Soit ils passent dans le front et se retrouvent au cœur de la tempête, soit ils ralentissent et le front ira plus vite qu’eux". Cette nouvelle dépression il faudra affronter. Que la force soit.

Thomas Ruyant à bord de Linkedout.
Thomas Ruyant à bord de Linkedout. (PIERRE BOURAS / TR RACING)