L'étoile du jour, France info

Vitória Bueno, la ballerine brésilienne née sans bras dont les performances inspirent ses abonnés sur instagram

Elle a commencé la danse à cinq ans, sur les conseils d’un physiothérapeute et s’épanouit aujourd’hui comme danseuse de ballet, grâce à un équilibre et une souplesse hors du commun, défiant les idées reçues et visant, à termes, la professionnalisation.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Photo de Vitória Bueno postée sur son compte Instagram vihb_bailarina.
Photo de Vitória Bueno postée sur son compte Instagram vihb_bailarina. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Vitória Bueno est atypique, hors des clous, hors des normes, hors de ce que notre cerveau se projette lorsqu’il entend le mot "ballerine", puisque cette danseuse n’a pas de bras. "Vih", comme ses amis l’appellent depuis qu’elle est petite, a 16 ans, habite dans la petite ville de Santa Rita, au nord de Rio de Janeiro (Brésil) et elle est donc née sans bras, ses gènes ayant concocté une drôle de formule qui a façonné son corps ainsi. Disposition impossible à corriger, mais parfaitement indolore, sauf pour sa mère Wanda, qui souffre psychologiquement et s’inquiète pour elle depuis sa naissance. Peur des on-dit, peur de la curiosité malsaine, du harcèlement. Des craintes que Vitória balaye, elle est une effusion de joie, d’optimisme, et de grâce.

C’est son physiothérapeute qui, lorsqu’elle a eu cinq ans, a conseillé à sa mère de l’inscrire à des cours après avoir remarqué que l’enfant dansait sur la musique. Et elle a adoré. Modern jazz, claquettes, danse contemporaine puis classique, Vitoria maîtrise chaque pas, entrechat, cabriole et même grand jeté, cette figure où la danseuse prend son élan et saute en faisant un grand écart dans les airs.

Nombreuses sont celles qui lui envieraient son équilibre et sa souplesse. Des capacités exceptionnelles qui lui viennent précisément de la nécessité de contourner, dans la vie de tous les jours, l’absence de bras et de mains : Vih se lave les dents en tenant la brosse avec son pied, se maquille, fait les courses de la même manière, elle poste des vidéos sur Instagram et écrit les textes avec ses orteils, elle saisit tout en portant une jambe à la hauteur nécessaire. Une enfant élastique, contorsionniste de fait.

"Pour moi, dit-elle à l’agence Reuters, les bras, c’est juste un détail, je n’ai pas du tout l’impression d’en avoir besoin". Et les juges de la prestigieuse Royal Academy of Dance sont arrivés à la même conclusion, eux qui lui ont décerné une médaille, avec la promesse d’un jour, peut-être, rejoindre leur corps de ballet. C’est ce que vise Vitória Bueno qui ne veut pas juste être un phénomène sur Instagram, une influenceuse, un modèle inspirant, elle qui rappelle qu’il n’y a d’invalidité que dans le regard des autres. "Nous sommes bien plus que nos handicaps, a-t-elle confié au site d’information brésilien Metropoles, c’est pour ça que, comme tout le monde, nous pouvons réaliser nos rêves. Si je tombe, je me relève, j’improvise, mais je garde la tête haute, et je danse."

Photo de Vitória Bueno postée sur son compte Instagram vihb_bailarina.
Photo de Vitória Bueno postée sur son compte Instagram vihb_bailarina. (CAPTURE D'ÉCRAN)