"Si les uns ne peuvent pas payer, les autres doivent le faire" : au Royaume-Uni, Kate Winslet se mêle du débat sur l’inflation

écouter (3min)

L’actrice oscarisée a accordé un entretien d’une heure dimanche 4 décembre à la BBC dans lequel elle aborde le thème du pouvoir d’achat. Elle confie avoir payé les factures énergétiques de la mère d’une adolescente handicapée et appelle ceux qui ont le pouvoir à "changer ce qui ne va pas dans le système".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'actrice Kate Winslet pendant la promotion du film "Avatar : The Way of Water", en décembre 2022 à Londres. (ISABEL INFANTES / AFP)

Kate Winslet, la star entre autres du film Titanic, oscar de la meilleure actrice pour The Reader en 2009, a accordé une interview à la BBC dimanche 4 décembre, interview dans laquelle elle a abordé le sujet de l’inflation et plus largement du coût de la vie qui explose depuis plusieurs mois au Royaume-Uni. Les témoignages de familles qui ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois se multiplient, et c’est justement en entendant un de ces reportages à la radio que Kate Winslet a décidé de s’engager, de donner de la voix et de payer.

"J’étais sur un tournage", raconte-t-elle à la BBC, "et pendant la pause, je suis tombée sur ce témoignage d’une mère de famille, Carolynne Hunter, qui disait qu’à cause de l’explosion du montant de sa facture énergétique, elle était obligée de placer sa fille, atteinte d’une maladie cérébrale et respiratoire grave, dans un centre spécialisé faute de pouvoir payer l’électricité nécessaire pour faire tourner son équipement médical. Et ce témoignage m’a complètement abattue." 

"Je me suis dit : ‘mais sur quelle planète va-t-on laisser ce genre de chose arriver’ ?"

Kate Winslet

à la BBC

"Comportons-nous en adultes matures"

Alors, elle a cherché, elle s’est démenée pour contacter cette femme, puis, via une cagnotte en ligne, elle lui a fait un virement correspondant au montant réclamé par son fournisseur d’énergie : 17 000 livres sterling, soit un peu plus de 19 000 euros. C’était il y a trois semaines, la mère s’est pliée en remerciements, sa fille de 13 ans a pu rester chez elle, et Kate Winslet insiste sur le fait qu’il n’y a rien de glorieux, que "l’entraide, ça compte", dit-elle, "si les uns ne peuvent pas payer, les autres doivent le faire". Ce ne sont pas juste de belles paroles. Elle confie que bien avant Hollywood, elle a été enfant d’une famille précaire, bénéficiaire avec ses frères et sœurs du programme de repas gratuit à la cantine. D’où sa volonté de prendre la parole aujourd’hui.

"Nous qui avons les moyens, nous devons utiliser notre voix pour interpeller, pour voler dans les plumes du système, dire à ceux qui ont le pouvoir ‘si quelque chose dans ce système ne marche pas, changeons-le, réparons-le, faisons mieux’"

Kate Winslet

à la BBC

"Comportons-nous en adultes matures", poursuit l'actrice. "Vous avez le pouvoir, utilisez-le." Les adultes du gouvernement n’ont pas encore répondu, mais sur les réseaux sociaux, Kate Winslet est applaudie, encensée par des centaines d’internautes. Parce que ce genre de discours est rare, en tout cas il a de quoi faire siffler les oreilles du Premier ministre Rishi Sunak.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.