L'étoile du jour, France info

Luisa Neubauer, la Greta Thunberg allemande, donne ses conseils aux jeunes déprimés par la pandémie

Organisatrice des marches pour le climat en Allemagne depuis deux ans, cette étudiante en géographie a elle aussi été touchée par l’isolement dû à la pandémie. Elle dispense donc ses conseils à ceux qui, comme elle, frôlent l’abattement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Luisa Neubauer, militante écologiste allemande.
Luisa Neubauer, militante écologiste allemande. (ANDREAS ARNOLD / DPA / MAXPPP)

À l’heure où les cris de détresse d’étudiants et lycéens se multiplient sur les réseaux sociaux, son message surprend, il interpelle : "Oui, nous pouvons transformer l’anxiété en quelque chose de constructif." C’est ce qu’affirme Luisa Neubauer, 24 ans, figure de proue du mouvement de jeunes pour le climat Fridays for Future en Allemagne. Elle le dit au quotidien britannique The Guardian et au magazine allemand Der Spiegel. Pendant deux ans, elle a organisé des marches, de Berlin à Hambourg, pour porter la voix de cette génération née avec la crise climatique, et revendiquer le droit à un avenir vivable. Des marches mises entre parenthèse avec la crise sanitaire mondiale, cette pandémie qui ajoute de l’incertitude à l’angoisse que suscitaient déjà le réchauffement, la pollution, les canicules, les sécheresses, la fonte des glaces.

Comme tous les jeunes de sa génération, elle aussi a été touchée. Étudiante en géographie à l’université de Göttingen, elle s’est retrouvée seule, chez elle, face à son ordinateur, à flirter inévitablement avec l’abattement. "Et puis je me suis dit qu’il y avait au moins un point positif, confie-t-elle au magazine allemand, c’est que désormais, nous n’avons plus besoin d’expliquer à personne ce qu’est une crise, qu’elle soit climatique ou sanitaire, désormais tout le monde sait qu’elle peut arriver rapidement, instantanément, et toucher chacun personnellement." Sous-entendu, on va arrêter de prendre ces jeunes pour de mauvais prophètes, des pessimistes, des capricieux. Et effectivement, cette crise-là montre que les gouvernements peuvent écouter les scientifiques, tenir compte de leurs diagnostics et de leurs conseils, "Or, dit-elle, si on le fait pour ce virus, on peut le faire pour la crise climatique."

Reconnectez à la nature. Autorisez-vous à être ému par ce que vous voyez autour de vous, acceptez le chagrin, le deuil de ce qui ne sera jamais plus, et surtout fêtez ce qui est encore là.

Luisa Neubauer, activiste écologiste

au Guardian

Luisa Neubauer veut espérer. Ne pas baisser les bras. Ne pas déprimer. D’où ses conseils : rester unis entre jeunes, se motiver, se parler, continuer à monter des mouvements, des actions, se faire entendre, sur les réseaux sociaux, dans la rue, partout, "parce que ça redonne de l’énergie, dit-elle, il faut pousser pour un changement de système global, nos parents ne bougeront pas, donc c’est à nous de nous occuper de notre futur." Luisa Neubauer qui précise que tout ça n’est pas possible sans un premier pas indispensable : "se reconnectez à la nature. Autorisez-vous à être touché, ému par ce que vous voyez autour de vous, acceptez le chagrin, le deuil de ce qui ne sera jamais plus, et surtout fêtez ce qui est encore là." Ça s’adresse aux moins de vingt ans, mais ça se médite à tout âge.

Luisa Neubauer, militante écologiste allemande.
Luisa Neubauer, militante écologiste allemande. (ANDREAS ARNOLD / DPA / MAXPPP)