L'activiste Rob Greenfield a décidé de garder tous ses déchets pendant un mois et de les emporter partout avec lui

écouter (2min)

Ce week-end, il a atteint l’objectif qu’il s’était fixé, tenir 30 jours sans rien jeter. Bilan : plus de 45 kilos de déchets produits en un mois, ce qui correspond à la moyenne par habitants aux États-Unis. Un défi pour interpeller sur la quantité toujours croissante d’ordures que nous produisons.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Rob Greenfield avec ses déchets à Beverly Hill (Californie), le 16 mai 2022. (ROBYN BECK / AFP)

Chaque jour, nous essayons tous d’oublier nos déchets, de les enlever de notre vue le plus vite possible. Une amnésie organisée contre laquelle l’Américain Rob Greenfield, 35 ans, a décidé de s’élever en nous montrant ses déchets. Depuis fin avril, il se balade dans les rues de Los Angeles (Californie) avec sur lui, physiquement, dans de grands sacs transparents en plastique recyclé, tous les déchets qu’il a produit en quatre semaine, barquettes usagées, gobelets, gel douche, briques de jus, canettes, carton à pizza, tout ça scotché sur son dos, ses bras, ses jambes, son ventre, ce qui lui donne une dégaine de Bibendum impressionnante.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Rob Greenfield (@robjgreenfield)

Il avait prévu de tenir un mois sans rien jeter et ce week-end, il a atteint son objectif. Résultat : au trentième jour, plus de 45 kilos de détritus à porter, et des déplacements devenus quasiment impossible. "Le but, explique à la chaîne NBC ce biologique de formation devenu activiste anti-gaspi, c’est de montrer la quantité de déchets que produit chaque mois un Américain moyen, parce que la plupart du temps on n’y pense pas, on jette et on oublie, sauf que les déchets ne disparaissent pas, ils finissent loin de nos regard dans des décharges, mais aussi dans la forêt ou la mer, ma démarche c’est donc de les montrer pour faire réfléchir." Pari réussi pusiqu’on le voit sur ses vidéos, dans la rue, sa combinaison d’homme-poubelle a fait réagir tous les passants. Sur les réseaux sociaux, sa transformation a été largement suivie, jusqu’à intéresser des journaux italiens, britanniques ou encore turcs.

On pourrait se dire que 45 kilos de déchets par mois, certes, c’est énorme mais c’est un chiffre impressionnant qui ne concerne que les consommateurs américains. Sauf qu’ici en France, nous ne sommes pas meilleurs : tous les mois, chaque Français génère en moyenne 42 kilos de déchets, autrement dit seulement trois kilos de moins qu’un Américain. Mais pour Rob Greenfield, pas question de culpabiliser qui que ce soit, le but c’est de donner des solutions. "Et le premier pas, dit-il, le plus facile, c’est de toujours avoir un verre ou un gobelet lavable avec soi, et un sac en toile. C’est simple, gratuit, et à la portée de tout le monde." Et d'ajouter pour ceux qui veulent aller plus loin que l’on peut ensuite choisir de refuser le suremballage, acheter en vrac, et pourquoi pas interpeller ses élus, ou encore les marques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.