Eruption du volcan Cumbre Vieja aux Canaries : une journaliste télé arrête son reportage pour aider des riverains, son geste est salué sur Twitter

écouter (2min)

Arantxa de Fez explique qu’elle a fait "ce que n’importe qui aurait fait dans une situation pareille", autrement dit poser son micro pour aider des victimes à évacuer. La séquence est devenue virale sur les réseaux sociaux en Espagne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'avancée des coulées de lave du volcan Cumbre Vieja sur l'île de La Palma (Canaries) le 21 septembre 2021 (INVOLCAN HANDOUT / MAXPPP)

En couvrant l’éruption volcanique qui touche actuellement l’île de La Palma aux Canaries, cette reporter de la chaîne TeleCinco, Arantxa de Fez a fait quelque chose qu’on ne voit jamais à la télé : aider ceux qu’elle allait filmer, tout arrêter et poser la caméra pour donner un coup de main.

C’était mardi 21 septembre, vers midi à Todoque, l’une des localités menacée par la lave. Elle et son caméraman immortalisent l’avancée de la coulée sur les maisons, lorsque trois personnes surgissent d’un pavillon, des cartons plein les bras, visiblement en train d’essayer de sauver ce qui peut l’être. La reporter commence par commenter la scène en disant : "Comme vous pouvez le voir, les riverains évacuent les uns après les autres, alors que la lave est à quelques mètres…" Et soudain, elle s’arrête pour interpeller le père de famille : "Attendez, est ce que vous avez besoin d’aide ? Est-ce qu’on peut faire quelque chose ?" Ce à quoi l’homme lui répond : "Oui, portez des affaires".

Immédiatement, on voit à l’écran la journaliste poser son micro et courir vers la maison. Puis la caméra descend vers le sol, et l’on comprend que le caméraman, Adrian Fernandez, l’a posée pour aller aider à son tour. S’en suit à l’image le ballet des bras qui déposent des cartons, des vêtements, des vivres, dans le coffre de la voiture. "On a fait ce que n’importe qui aurait fait dans une situation pareille", a expliqué la journaliste le lendemain sur Twitter, ajoutant "on a sorti tout ce qu’on pouvait, des boîtes à bijoux, les chaussures des enfants, l’album de mariage des parents." Bref, toute une vie et les souvenirs qui vont avec, sauvés des flammes.

Aujourd’hui, la maison n’existe plus, le village de Todoque a été partiellement englouti sous la langue de lave. D’où l’émotion sur les réseaux sociaux où la séquence, republiée par les secouristes locaux, a été vue plus de 840 000 fois et vaut à la journaliste des milliers de messages. On loue pêle-mêle son "empathie", son "humilité", "son humanité si rare à la télé".

Parce que comme le notent les internautes, ce qu’on voit en général, sous couvert de neutralité, de distance avec l’évènement, ce sont surtout "des images sensationnelles", parfois "voyeuristes", violentes, gênantes. "Merci Arantxa, c'est ça qu'on veut voir, on veut plus d’empathie, moins de spectacle", résume un utilisateur de Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'étoile du jour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.