En Italie, la championne de trail Isabella Morlini se lance dans une course pour sauver les glaciers des Alpes

écouter (3min)

Dans un texte écrit avec une dizaine de scientifiques italiens, elle demande aux candidats aux élections législatives de faire de la lutte contre le dérèglement climatique la priorité de leurs programmes.

Article rédigé par
Marion Lagardère - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Isabella Morlini, championne de trail sur le compte de Legambiente Alpi. (CAPTURE D'ECRAN)

À 51 ans, elle le dit elle-même, Isabella Morlini a bien eu le temps de voir la montagne changer. Sa spécialité, c’est le trail et le semi-marathon de montagne. Eté comme hiver, elle enchaîne les kilomètres de dénivelés positifs. Trois fois championne du monde de course en raquettes, elle a passé sa vie sur les sommets, en tout cas ses week-ends, puisque la semaine, elle est professeure d’économie à l’Université de Modène, avec pour spécialité les statistiques. Des statistiques qui lui disent toutes la même chose : si rien n’est fait pour enrayer le dérèglement climatique, l’Italie, ses habitants et son économie vont droit dans le mur. Alors elle a décidé de s’engager, d’interpeller, de témoigner.

Elle devenue ambassadrice de la Caravane des Glaciers, un groupe de scientifiques qui surveille l’évolution de la montagne sur le terrain. Et les conclusions qu’elle rapporte ont de quoi effrayer : le glacier Forni par exemple a reculé de 40 mètres depuis janvier, 400 mètres en dix ans, la Marmolada s’est effondrée en juillet tuant 11 personnes et le Stelvio n’est plus accessible. Trop dangereux. "Ce qui se passe, explique Isabella Morlini à La Repubblica, c’est que, faute de neige, les glaciers ne se reforment plus, et qu’en plus les particules de pollution s’accumulent dessus, la surface devient noire et absorbe plus de lumière, donc plus de chaleur et fond en créant des crevasses infranchissables."

Faire du climat la priorité de tous les programmes politiques

Elle raconte les cailloux qui ont remplacé la neige, le sol devenu instable, friable, meurtrier parfois. Pour aller plus loin que le témoignage, elle vient de signer avec une dizaine de scientifiques une pétition pour interpeller les politiciens italiens en pleine campagne pour les législatives. Dans une lettre publiée par le quotidien La Repubblica, tous les candidats aux élections du 25 septembre sont appelés à placer le dérèglement climatique en tête de leurs priorités.

Le texte a récolté près de 200 000 signatures en quelques jours. C’est encourageant, mais ce qui l’est encore plus d’après elle, c’est qu’on connaît les solutions : "On sait que la première chose à faire, c’est réduire les émissions de CO2, on sait qu’il faut adapter nos comportements". Parce qu’un glacier qui fond, c’est moins de réserves d’eau et donc une agriculture pénalisée, des récoltes rabougries et des prix qui flambent. Un glacier qui fond, cela ne concerne pas que les champions du monde de raquettes, cela nous concerne tous.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.