Elle parcourt 2 100 kilomètres en 20 jours : Emma Timmis bat le record de la traversée de la Nouvelle-Zélande à pied la plus rapide

écouter (2min)

Elle est arrivée à la pointe sud du pays le 7 janvier après 20 jours et 17 heures de course. La Britannique attend maintenant l’homologation officielle du Guinness Book mais se félicite déjà d’avoir pu récolter 25 000 dollars pour les associations centrées sur la santé mentale des jeunes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Emma Timmis à côté de son van pendant la traversée de la Nouvelle Zélande, sur son compte Facebook. (CAPTURE D'ECRAN)

C’est ce qui s’appelle écraser le record de rapidité : Emma Timmis, 37 ans, a parcouru 2 100 kilomètres en 20 jours, 17 heures et 17 minutes, autrement dit 15 jours de moins que le précédent record, datant de 2020.

La Britannique a couru 12 heures par jour, avalant plus de 100 kilomètres quotidiennement. Autant dire quelque chose d’assez inhumain.

Mais voilà, Emma Timmis, Britannique installée en Nouvelle-Zélande, est une battante. Par le passé, elle a déjà traversé le continent africain d’ouest en est, l’Australie à vélo, les Pays-Bas en rollers, donc pourquoi pas la Nouvelle-Zélande en courant ?

C’est ce qu’elle s’est dit en 2017. Mais cette année-là, ses genoux l’ont lâchée. Blessure inconnue, impossible à diagnostiquer. Les médecins lui annoncent qu’elle ne pourra plus courir et difficilement tenir debout plus d’une heure.

Emma Timmis s’effondre, tombe dans une longue dépression : finis les défis sportifs, fini aussi son métier de professeur d’escalade. Il lui faudra quatre ans d’attente, de repos forcé, pour apprendre en 2021 qu’elle peut de nouveau courir.

Lentement mais sûrement, elle a repris là où elle s’était arrêtée : viser le record de la traversée la plus rapide de Nouvelle-Zélande. Un défi qu’elle décide de dédier à tous les jeunes souffrant de dépression, "J’ai eu la chance d’être épaulée, dit-elle à la BBC, mais on n'imagine pas combien c'est dur pour des jeunes qui n'ont pas cet entourage compréhensif."

Mettre en lumière le sujet de la santé mentale 

En décembre, Emma Timmis a donc ouvert une cagnotte en ligne et s’est lancée, du Cap Reinga, tout au Nord, jusqu’à la ville de Bluff, tout au Sud, courant le long de la côte, suivie par son équipe au volant du van dans lequel elle a dormi chaque soir et encouragée par les klaxons d’automobilistes anonymes.Elle a fait les douze derniers kilomètres en quasi-sprint, "J’étais tellement contente à l’idée d’arrêter de courir, dit-elle au journal Néo-zélandais Stuff, que j’ai foncé." Le lendemain, elle peut à peine marcher.

Une semaine après son arrivée, elle se concentre sur deux choses : manger et dormir. Emma Timmis est épuisée, endolorie mais elle a réussi son pari et surtout récolté 25 000 dollars pour l’association YouthLine, "J’espère que cela aidera les jeunes à se relever, et que cela pourra les convaincre qu’ils ne sont pas seuls."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.