Au Brésil, une architecte transforme une décharge en jardin botanique dans une favela

écouter (2min)

Le chantier a pris quatre ans, le temps nécessaire pour nettoyer, aménager et planter arbres et fleurs dans un bidonville de Sao Paulo, au Brésil. Une opération qu'Ester Carro, jeune architecte, native de la favela, a mené avec les habitants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vue de la favela de Paraisopolis, Sao Paulo, Brésil, le 2 avril 2021.  (FERNANDO BIZERRA / EFE)

Ester Carro, 27 ans, vient de réussir le pari de transformer un enfer en paradis. Elle a métamorphosé une décharge, coincée entre les habitations d'une favela de Sao Paulo au Brésil, en un merveilleux jardin, empli d'arbres et de fleurs. Elle n'est pas magicienne : elle est architecte-urbaniste. Elle est née là, a grandi dans l'une des innombrables petites baraques qui forment ce quartier hors-la-loi, construit sans plan urbain dans un empilement précaire de tôles et de parpaings, et elle explique que cette décharge n'en a pas toujours été une. Avant, ce petit lopin de 200 mètres carré était un enclos. Un homme y avait ses vaches et ses chevaux. Jusqu'à ce qu’il tombe malade, qu'il parte avec ses bêtes et que l’enclos se retrouve vide.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ester Carro (@ster.carro)

Mais dans ce quartier où les camions-poubelles ne peuvent pas passer, un premier dépôt sauvage est apparu, puis un autre, et ainsi de suite jusqu'à former une véritable décharge. Un amoncellement toxique, dangereux, en plein milieu des habitations. La mairie avait bien promis de s'en charger mais la promesse est restée sans effets. Il y a quatre ans, Ester Carro, qui venait de finir ses études d'architecture a décidé d'en faire sa première expérience de terrain.

Un jardin planté par les habitants, pour les habitants

Elle a organisé une journée de ramassage avec ses voisins, descendant des kilos de déchets au pied de la favela, là où passent les camions-bennes. Exercice qu'elle a renouvelé chaque semaine, jusqu'à voir réapparaître la terre, puis tout le terrain, et commencer à le transformer en espace à vivre, en parc urbain.

Tous les habitants, parents et enfants sont venus planter chacun une fleur, une plante aromatique, une pousse d’arbre. On prend plus facilement soin de ce que l'on a construit soi-même. Les résidents se sont donc appropriés le jardin, le bichonnent, l’entretiennent. Aujourd'hui, les fleurs se sont développées, les bananiers ont bien poussé, et cette année, la chasse aux œufs de Pâques a été organisée dans le parc. "Souvent, on perd trop de temps à viser des changements trop grands qui nous dépassent, explique Ester Carro au magazine Vogue qui fait son portrait ce mois-ci, alors qu’on peut commencer par ce qu’il y a là, ici, juste devant soi."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.