Atteinte de trisomie 21, la mannequin Sofia Jirau devient l’égérie de Victoria’s Secret, une première dans l’univers très discriminant de la mode

écouter (2min)

La marque de lingerie américaine vient de recruter plusieurs mannequins qui jusqu’ici n’entraient pas dans ses canons très stéréotypés, dont Sofia Jirau. Une consécration pour la top, mais surtout le fruit de plusieurs années de travail.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
la mannequin Sofia Jirau est l’égérie de Victoria’s Secret, marque de lingerie américaine, sur son compte Instagram. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Jamais dans l’histoire de la mode une jeune femme atteinte du syndrome de Down, autrement dit de trisomie 21, n’était parvenu à se faire une telle place : Sofia Jirau, 24 ans, est désormais l’égérie officielle d’une grande marque de lingerie, Victoria’s Secret. Une première qui est le fruit de plusieurs années de travail, de contacts, et d’application d’une devise bien précise, celle qu’elle répète à tous ceux qu’elle croise : "no limits", pas de limites, jamais, nulle part. Sur Instagram, Sofia Jirau s’est félicitée d’en avoir encore repoussée une. À l’appui, une photo d’elle, en noir et blanc, posant fière et droite avec la nouvelle collection de sous-vêtements de la marque américaine.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sofía Jirau (@sofiajirau)

Un accomplissement salué par des dizaines de milliers de messages de félicitations, de la part d’autres mannequins, bien sûr, mais aussi de la part de celles et ceux qui se battent pour rendre visible à la télé, au cinéma, au travail, et partout dans la vie, la trisomie 21. C’est ce qu’ont fait d’ailleurs ses parents, dès sa naissance. Ils l’ont d’abord placée dans un établissement spécialisé, et puis lorsqu'elle a eu six ans, ils l’ont inscrite dans une école primaire ordinaire à Porto Rico pour qu’elle intègre un parcours classique. Et ça a marché, Sofia a suivi, s’est fait des amis, s’est épanouie, et vers dix ans, elle a su ce qu’elle voulait faire plus tard : "Je me suis regardée dans la glace, et je me suis dit, je serai top model et femme d’affaires.’"

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @magacin

Pour y parvenir, elle a d’abord décroché son diplôme de fin d’études à 19 ans, puis elle a été repérée par la photographe de mode Wanda Beauchamp, elle a posé pour plusieurs catalogues, appris à marcher sur un podium, et finalement participé son premier défilé à la fashion week de New York en 2020 pour la créatrice Marisa Santiago. L’évènement a eu un retentissement mondial, il lui a valu de se retrouver dans le magazine Vogue, et lui a permis aussi de créer sa marque de vêtement, Alavett, réalisant ainsi son deuxième rêve, celui de diriger une entreprise.

Sofia Jirau est une briseuse de plafond de verre, une inspiration pour les personnes atteintes de trisomie 21, 60 000 rien qu’en France, mais elle défie surtout ceux qui ont des idées arrêtées sur cette anomalie génétique. "Mon message à tous, dit-elle à la chaine NBC, c’est que nous, porteur du syndrome de Down, nous pouvons travailler dur, décrocher un poste et même créer des entreprises, dites-vous bien qu’il n’y a rien qu’on ne puisse faire, car nous rêvons et nous n’avons pas de limites."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.