"Life" : des tranches de vie bouleversantes dans la nouvelle série de Mike Bartlett

écouter (3min)

Mike Bartlett, dramaturge britannique et auteur de séries, fait se croiser les vies de plusieurs habitants qui partagent un immeuble de Manchester. Six épisodes émouvants pour raconter la solitude, l'envie de recommencer sa vie à zéro et l'écroulement du sentiment de communauté. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gail (Alison Steadman) est sur le point de fêter ses 70 ans, en compagnie de son mari, Henry (Peter Davidson). (BBC / DRAMA REPUBLIC LTD / ARTE FRANCE)

Une petite maison en brique au beau milieu de la campagne à Manchester. Quatre appartements. Une femme s’apprête à fêter ses 70 ans. Une jeune quadragénaire célibataire, dont la sœur est internée en hôpital psychiatrique. Un futur couple qui attend un enfant, dont le père biologique tourne autour. Et un professeur d’université complètement amoureux de sa femme, décédée récemment, mais troublé par une de ses étudiantes.

Toutes ces vies vont se croiser durant les six épisodes de ce mélodrame émouvant diffusé depuis jeudi 1er décembre sur Arte et disponibles en replay sur la plateforme de la chaîne. Le titre est pompeux : Life, la vie. Et franchement ambitieux. Et bien c’est aussi franchement réussi. De grandes vies que le réalisateur Mike Bartlett nous donne à voir.

On connaît Mike Bartlett, dramaturge à la fois de théâtre et de séries. Il a aussi bien écrit un épisode de Docteur Who, qu’une pièce de théâtre autour du futur Charles III, dans laquelle il imaginait le prince au pouvoir. Autant de pièces humaines qui parlent d’aujourd’hui. Il a surtout connu un insolent succès avec sa précédente série, Doctor Foster, qui suivait sur deux saisons une femme qui cherchait à se venger de son mari infidèle. Une série remplie de trahisons, de batailles avec un dénouement renversant, visionnée par 10 millions de téléspectateurs britanniques.

Life n’est pas la suite, mais reprend un de ses personnages : Anna Belle, la jeune quadragénaire célibataire et alcoolique, qui a quitté son mari après 15 ans de vie conjugale. Une jeune femme qui souffre de solitude. La série va croiser tous ces destins.

Alors c’est du mélo, mais tellement touchant. Surtout la série parle de réussite de sa vie, de deuil, de solitude, du pouvoir de recommencer sa vie, et d’engagement. Pour Mike Bartlett, il s’agit aussi de parler de l’écroulement de la société moderne, et de la notion même de communauté. Une série bouleversante. Les trois derniers épisodes sont diffusés jeudi 8 novembre, sur Arte. L’ensemble est en replay sur ARTE TV.    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.