L'empire des séries. Avant "HPI", "Un village français" : les séries d'Audrey Fleurot

écouter (3min)

Chaque jour cet été, on entre dans les coulisses des séries avec Laurent Valière dans l’Empire des séries. Mardi 9 août, profession comédienne avec une star des série, audrey Fleurot. Avant "HPI", il y a eu "Un Village français" et déjà un rôle difficile. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Audrey Fleurot dans la série "Un village français". (ANGELA ROSSI / TETRAMEDIA / FTV)

La dame du lac dans Kaamelott, l’avocate Josephine Karllson dans Engrenages en 2005. Et puis quatre ans plus tard, Hortense la femme qui couche avec les Allemands dans Un village français, l’extraordinaire fresque de France 3 signée Frédéric Krivine qui chronique année après année un petit village sous l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale. Décidément, Audrey Fleurot sait choisir les séries de qualité. "C'est arrivé assez simplement parce qu'en fait, c'est Philip Triboit qui réalisait 'Engrenages', qui est devenu coproducteur du 'Village français'. Il était vraiment à l'origine du projet et c'est lui qui m'a offert le rôle." affirme Audrey Fleurot. 

Cette fois la comédienne incarne la femme d’un maire vichyssois. Une femme égoiste, éprise d’un officier allemand. Un rôle qui intéressait Audrey Fleurot. Elle savait qu’il y aurait 7 saisons, pour chaque année avant, durant et après l’occupation. Elle savait ce qui allait arriver à son personnage durant ces 10 ans de tournage. Audrey Fleurot. "Pas la totalité de la trajectoire, mais en tout cas saison par saison. Et c'est vrai que j'ai tout de suite eu un coup de cœur avec ce personnage que j'avais envie de défendre et qui avait tout contre elle et la France entière contre elle", constate Audrey Fleurot.

"Pour le coup, l'histoire de la France était quand même un canevas à suivre. Donc on savait qu'a priori tout ça n'allait pas très bien finir."

Audrey Fleurot

sur franceinfo

Un personnage d’Hortense, encore de sale garce, qu’Audrey Fleurot voulait défendre. "C'est très réducteur de se dire Hortense, 'c'est la pute du boche'. Pour moi, c’était un personnage qui était très moderne, dans le sens ou elle ne se satisfait pas de sa condition de femme. Elle a fait un mariage de raison dans lequel elle s'ennuie mortellement. Elle cherche un sens à sa vie. Elle a des envies qu'elle n'arrive pas vraiment à définir. Elle se sent inaccomplie il faut quand même remettre les circonstances. Nous, on sait que les Allemands vont fini par partir. Eux, quand ils subissent l'occupation, ils ne savent pas si les Allemands sont là. Ils sont peut être là pour toujours." conclut Audrey Fleurot.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.