L'empire des séries, France info

L'empire des séries. "Affaire Skripal", un avant-goût de pandémie en 2018 au Royaume-Uni

Les journalistes britanniques Adam Peterson et Declan Lawn racontent sous forme romancée les conséquences de la tentative d'empoisonnement d'un ancien espion russe dans la petite ville de Salisbury. La série "Affaire Skripal" est diffusée depuis le 10 juin sur Arte, elle est disponible en replay.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Anne-Marie Duff incarne Tracy Daszkiewicz, responsable de la santé dans le comté du Wilshire.
Anne-Marie Duff incarne Tracy Daszkiewicz, responsable de la santé dans le comté du Wilshire. (JAMES PARDON 2019 / Arte)

4 mars 2018. Salisbury, petite bourgade de 40 000 habitants au sud-ouest de Londres. Un ancien agent de renseignement russe, devenu espion britannique, Sergueï Skripal et sa fille, sont victimes de convulsions sur un banc public. Soudain, c’est la panique en ville. Bientôt, la Première ministre, Theresa May affirme qu’ils ont été empoisonnés par le Novitchok, une substance russe.

Une course contre la montre s’engage pour protéger la population… Affaire Skripal : l'espion empoisonné, est une série diffusée sur Arte en quatre épisodes, sur les conséquences de la tentative d'empoisonnement d'un ancien espion russe dans la petite ville de Salisbury. Une série qui raconte aussi l'héroisme quotidien des habitants, et en particulier de ses fonctionnaires, un agent de police et la directrice de la santé.

Nous voulions raconter les conséquences sur la vie privée de cet événement géopolitique.

Adam Peterson, co-auteur de 'Affaire Skripal : l'espion empoisonné'
franceinfo

Affaire Skripal : l’espion empoisonné n’est pas une série d’espionnage. Plutôt un thriller quasi documentaire écrit par deux journalistes, Adam Peterson et Declan Lawn après une longue enquête : "Nous voulions raconter les répercussions d’une affaire géopolitique d’espionnage sur une petite ville comme Salisbury et sur la vie de ses habitants."

Leur héroïne est une femme, Tracy Daszkiewicz, directrice de la santé dans ce comté de Wilshire. Comme tous les témoins, les auteurs l’ont longuement interviewée et lui ont fait relire le scénario… Adam Peterson raconte :

"C’est vraiment l’histoire d’une héroïne ordinaire. Quelqu’un jusqu’ici habituée aux séminaires sur la sécurité alimentaire qui est soudain confrontée à un poison qui se balade dans les rues. Elle nous a parlé de sa vulnérabilité. Cette lutte contre un ennemi invisible a eu un impact sur sa vie privée. C’était quelque chose de rare qu’on voulait montrer à la télévision."

Un policier traumatisé qui a depuis quitté son uniforme

La série montre aussi le calvaire d’un policier contaminé durant l’enquête, la fronde des habitants contre les mesures barrières, et d’autres victimes collatérales. La série tournée avant le Covid résonne étrangement aujourd’hui…

Declan Lawn, le coauteur : "Quand on a commencé notre enquête, on a appris beaucoup de choses sur la santé publique, le traçage des contacts, les équipements de protection personnelle comme les masques, le confinement. À l’époque, on se disait : on est les seuls auteurs anglais qui connaissent tout ça. Et puis soudain, on l’a tous vécu. C’est devenu notre réalité quotidienne".

Une reconstitution quasi documentaire avec des comédiens. On est ému lorsque la série se referme par un plan sur les vrais visages de ces héros ordinaires.

Anne-Marie Duff incarne Tracy Daszkiewicz, responsable de la santé dans le comté du Wilshire.
Anne-Marie Duff incarne Tracy Daszkiewicz, responsable de la santé dans le comté du Wilshire. (JAMES PARDON 2019 / Arte)