L'empire des séries, France info

L'empire des séries. 2020, l'année des femmes puissantes en séries

Une des tendances de l’année, c’est certainement le succès des séries avec des femmes puissantes. Outre "Unorthodox", "Le Jeu de la Dame", Netflix a aussi proposé cette année "Self Made" autour du destin fabuleux de la première grande créatrice noire d'une marque de cosmétiques. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Tffany Haddish et Octavia Spencer dans \"Self Made\" sur Netflix
Tffany Haddish et Octavia Spencer dans "Self Made" sur Netflix (AMANDA MATLOVICH/NETFLIX / MADAMWALKER_AM_090519_0167)

Les femmes qui s’émancipent ont fait les beaux jours des séries cette année. Durant le confinement, il y a d’abord Etsy, une new yorkaise juive qui s’échappe de son milieu ultra orthodoxe, direction Berlin, dans la série Unorthodox. Et puis durant le deuxième confinement, Beth, orpheline qui s’échappe par le jeu d’échec, et trouve sa place dans un monde d’hommes dans Le Jeu de la Dame.

"Self Made", inspirée de la vraie vie de Madam C.J. Walker

Une troisième série est passée sous les radars. Tout aussi passionnante. Self made, en français : "Celle qui s’est faite toute seule". On connaît, dans le monde de la cosmétique, Elisabeth Arden et Helena Rubinstein, deux femmes qui se sont fait  la guerre et ont créé des empires américains dans les années 30. Mais auparavant il y a eu CJ Walker. Une femme noire millionnaire, qui se retrouve en 1919 à la tête d’un grand réseau de représentantes et salons de beauté. C’est son parcours que raconte cette mini-série en quatre épisodes, disponible sur Netflix.

Produit par LeBron James

La série trace le portrait d’une combattante. Fille d’esclave, domestique dans son enfance, blanchisseuse chez une fabricante de cosmétique, elle copie la formule de cette employeuse et se met à vendre ses propres produits aux femmes noires.
La série est produite par le basketeur LeBron James, et imaginée par la réalisatrice Kasi Lemmons, qui avait raconté dans son film Harriet l’évasion d’esclaves du Sud.  

L’héroïne est incarnée par Octavia Spencer, Oscar du second rôle dans La couleur des sentiments. Elle rappelle dans sa facture La couleur pourpre de Steven Spielberg. L’épopée raconte chronologiquement l’ascension sociale de la jeune entrepreneuse, ses difficultés jusqu’à New York. Une série très romancée qui se concentre sur une rivalité avec celle dont elle vole la formule du fortifiant. C'est un voyage dans le temps qui pulse comme un combat de boxe,  un destin hors du commun, rythmé au son de la musique funky.

Tffany Haddish et Octavia Spencer dans \"Self Made\" sur Netflix
Tffany Haddish et Octavia Spencer dans "Self Made" sur Netflix (AMANDA MATLOVICH/NETFLIX / MADAMWALKER_AM_090519_0167)