"C'est vrai que tu as fait aussi les mêmes protocoles que nous ?" demande Camille à Thomas Pesquet au sujet du blob

écouter (6min)

Faire des expériences avec le blob : Thomas Pesquet répond à toutes les questions des élèves.

Article rédigé par
Thomas Pesquet, Estelle Faure, Cécile Ribault Caillol - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le blob et les expériences des élèves de l'école Saint Eucaire à Metz.  (M.P STABLO / RADIOFRANCE)

Entre le 11 et le 17 octobre, 4 500 classes de France ont pu faire des expériences avec leurs propres blobs, comme cela a été le cas pour la classe de CM1-CM2 de l’école St Eucaire, à Metz. Dans L'émission spatiale de la semaine dernière ils ont pu les découvrir, grâce à Thomas Pesquet.

Aujourd'hui, ils souhaitent revenir sur leurs propres expériences, et comparer ce qu'ils ont vu avec l'astronaute, qui a embarqué avec lui quatre blobs à bord de l'ISS.

Retour des expériences avec le blob

"Cette semaine, en classe, on travaille sur le blob, ce drôle d'organisme jaune qui n'est ni un animal, ni une plante. On fait les expériences proposées par la scientifique Audrey. C'est vrai que tu as fait aussi les mêmes protocoles que nous ?", demande Camille, j'ai 10 ans.  

Thomas Pesquet répond par l'affirmative, tout en précisant que "La seule différence, c'est que moi, je ne peux ne pas ouvrir la boîte. Mon blob, il est enfermé et ne peut pas sortir. Je ne peux pas ouvrir la boîte pour le contrôler. On ne veut pas qu'il se répande partout dans la station."   

Maëlle, 9 ans, pose ensuite sa question, "Est-ce que le blob s'est bien adapté à son nouvel environnement ?" , et voici ce que l'astronaute lui répond : 

"Je trouve qu'il s'est très bien adapté à l'espace, et que c'était presque un membre d'équipage à part entière !"  

Thomas Pesquet

à franceinfo

Quels résultats ont le plus surpris ? s'interroge Théo. Thomas Pesquet trouve que le blob "s'en tire très, très bien, il était en grande forme, presque mieux que sur Terre, comme si ça l'avait aidé d'être ici. Et on voit ça dans quelques organismes aussi. C'est ça qui est intéressant, mais il faut attendre les résultats officiels, qui sont faits par les scientifiques. Mais moi, c'est ça qui m'a le plus surpris."   

Les blobs de la classe de CM2 de St Eucaire, dont le prénommé Bob ! (M-P STABLO)

Christ,11 ans, aimerait savoir si l'astronaute a fait une erreur ou une mauvaise manipulation en s'occupant du blob. Thomas Pesquet avoue que oui, cela lui est arrivé. Il devait leur donner de l'eau, et il en a mis trop dans le premier blob. Il était un peu inquiet, mais au final il n'y a pas eu de conséquence fâcheuse pour le petit organisme ! Et pour répondre à la question de Naël, 9 ans, non, il ne pourra pas récupérer le blob, "sa carrière se termine à bord de l'ISS".

Enfin, Paden, 9 ans, pose la dernière question de cette émission spatiale, "est-ce que tu as d'autres idées d'expériences sur le blob qu'on pourrait tester en classe ?" 

Thomas Pesquet lui répond, "Je pense que les scientifiques du CNES et autres, en ont plein. Mais je pense que tu pourrais essayer de lui faire faire un parcours. Tu vas voir quelle route il prend, essayer de lui faire un labyrinthe pour qu'il aille  trouver sa nourriture. Des choses comme ça... Je pense que ce serait une première étape.

Mais c'est bien, en fait, cette réflexion que tu as, c'est un peu la démarche scientifique. Il faut se poser des questions. Il faut se dire maintenant qu'on a appris ça, quelle est la question suivante, comment on va y répondre? Quel protocole on met en place pour y répondre ? Et puis voilà. Et puis, c'est comme ça qu'on avance dans la recherche spatiale, ou dans les classes. Bravo !".

Sur cette page, vous pouvez écouter dans son intégralité ce nouvel épisode de L'émission spatiale, dans laquelle l'astronaute Thomas Pesquet répond à des questions d'enfants sur la vie à bord de l'ISS. Un rendez-vous à ne pas manquer chaque samedi sur la radio franceinfo, et à retrouver en podcast.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.